La PresseLa gauche jubile, une enquête « indépendante » aurait disculpé de tout blâme les chercheurs impliqués dans le « climategate ».  Richard Hétu, François Cardinal et Radio-Canada, il va sans dire, n’ont pas raté l’occasion de souligner les conclusions de ce rapport.

Pourtant, même la très gauchiste BBC a exprimé de sérieux doutes sur le processus qui a disculpé les scientifiques impliqués dans le climategate.  Mais comme les médias québécois se sont spécialisés dans la propagande plutôt que dans l’information, personne n’a jugé bon soulever ces doutes.  Bref, s’il y a encore des journalistes respectables au service de la BBC, ce n’est pas le cas pour Radio-Canada et La Presse.

La BBC a mis en évidence que le mandat de la commission d’enquête a été modifié de manière à ne pas aborder la qualité des travaux scientifiques.  De plus, les travaux qui ont été soumis à la commission ne sont pas ceux qui étaient impliqués au coeur du scandale du climategate.

Et pendant que nos gauchistes font la fête au sujet d’une enquête bâclée, depuis 2 semaines de nouveaux faits sont venus torpiller le mystique consensus climatique.

La semaine dernière, un des auteurs du rapport du GIEC a affirmé que l’organisation avait exagéré les faits et que les conclusions reposaient uniquement sur l’opinion d’une douzaine de chercheurs. Son compte rendu a été publié dans le journal scientifique « Progress in Physical Geography ».

Cette semaine, le gouvernement des Pays-Bas a rendu public son examen du rapport du GIEC. Leurs conclusions: 8 erreurs majeures et des opinions biaisées.

Toujours cette semaine, le journal scientifique « Journal of Cosmology » a publié une étude démontrant qu’il y a eu un refroidissement depuis 2002.

Bien sûr, les réchauffistes québécois n’ont pas cru bon en parler…

H/T: Réchauffement médiatique