Antagoniste


9 juillet 2010

Le royaume des aveugles… Coup de gueule Gauchistan International Québec

La PresseLa gauche jubile, une enquête « indépendante » aurait disculpé de tout blâme les chercheurs impliqués dans le « climategate ».  Richard Hétu, François Cardinal et Radio-Canada, il va sans dire, n’ont pas raté l’occasion de souligner les conclusions de ce rapport.

Pourtant, même la très gauchiste BBC a exprimé de sérieux doutes sur le processus qui a disculpé les scientifiques impliqués dans le climategate.  Mais comme les médias québécois se sont spécialisés dans la propagande plutôt que dans l’information, personne n’a jugé bon soulever ces doutes.  Bref, s’il y a encore des journalistes respectables au service de la BBC, ce n’est pas le cas pour Radio-Canada et La Presse.

La BBC a mis en évidence que le mandat de la commission d’enquête a été modifié de manière à ne pas aborder la qualité des travaux scientifiques.  De plus, les travaux qui ont été soumis à la commission ne sont pas ceux qui étaient impliqués au coeur du scandale du climategate.

Et pendant que nos gauchistes font la fête au sujet d’une enquête bâclée, depuis 2 semaines de nouveaux faits sont venus torpiller le mystique consensus climatique.

La semaine dernière, un des auteurs du rapport du GIEC a affirmé que l’organisation avait exagéré les faits et que les conclusions reposaient uniquement sur l’opinion d’une douzaine de chercheurs. Son compte rendu a été publié dans le journal scientifique « Progress in Physical Geography ».

Cette semaine, le gouvernement des Pays-Bas a rendu public son examen du rapport du GIEC. Leurs conclusions: 8 erreurs majeures et des opinions biaisées.

Toujours cette semaine, le journal scientifique « Journal of Cosmology » a publié une étude démontrant qu’il y a eu un refroidissement depuis 2002.

Bien sûr, les réchauffistes québécois n’ont pas cru bon en parler…

H/T: Réchauffement médiatique


9 juillet 2010

Fini le gaspillage Économie Environnement Europe Revue de presse

National Post

Nightfall on the solar industry
National Post

Solar may be a renewable technology but government subsidies to it aren’t, Europe’s solar industry is learning.

In Spain, under a 2007 law that guaranteed 25 years of way-above-market prices to solar power developers, industry invested $22-billion to reduce greenhouse gas emissions and make Spain the solar showcase of the world. Now that Spain is flirting with bankruptcy, the government is planning to rescind those guarantees, the Spanish press reports.

Under the government’s expected change of mind, the revenue of most existing solar-power plants would be cut by 30% and for new ground-based photovoltaic generators by 45%. The government would rescind fewer subsidies for roof-mounted panels: 25% cuts for large roofs and 5% for small roofs. The result, according to Tomas Diaz, director of external relations at the Photovoltaic Industry Association in Madrid, would be bankruptcy for most of the country’s 600 photovoltaic operators.

In Italy, the government plans to scrap guaranteed prices paid to owners of so-called green certificates, which represent greenhouse-gas-free power. In Germany, prospects have also dimmed for the renewable industry, with the government scaling back its renewable power incentives.

The exit of governments from the renewable subsidy field follows a collapse in public support for the theory that manmade global warming is a serious problem. Because the public no longer buys it, the politicians no longer fund it.