Antagoniste


29 juin 2010

Top 5 Qc/Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (22-28 juin) selon Influence Communication:

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication
Influence Communication


29 juin 2010

Les apoligistes de la violence Coup de gueule Économie Gauchistan Québec Terrorisme

Gogauche

Quand un journaliste de Radio-Canada a demandé à des gauchistes s’ils condamnaient les gestes violents posés par des casseurs lors du sommet du G20, je me suis dit que leurs réponses allaient être un no-brainer…  On allait condamner les casseurs en disant que leurs gestes violents n’étaient pas représentatifs de la gauche.

Hé bien non !  Le porte-parole de la « Convergence des luttes anticapitalistes » (CLAC) a excusé les casseurs en disant qu’ils étaient moins violents que le capitalisme.  Francis Dupuis-Déri (professeur de « sciences politiques » à l’UQAM en passant) a dit que leurs gestes étaient acceptables, car il ne s’agissait pas de violence gratuite puisque les actions des vandales ciblaient spécifiquement des entreprises capitalistes.  L’organisation « ATTAC Québec » de son côté a dit qu’il ne fallait pas juger trop durement les casseurs.

Bref,  pour la gauche la fin justifie les moyens, même si les moyens consistent à tout casser.  Et après ça, on osera dire que ce sont les Tea Party, la droite et les libertariens qui sont violents…

Le 11 avril dernier, 50 000 Québécois ont manifesté contre les hausses de taxes et de tarifs du budget de Jean Charest.  Durant cette manifestation, aucune arrestation et aucune fenêtre brisée.  Si tel avait été le cas, on aurait sûrement accusé la radio de Québec d’avoir incité les gens à la violence…

Mais à Toronto, comme la violence fût commise par des gauchistes, personne n’osera affirmer que la casse est imputable  à la propagande anticapitaliste qui circule dans nos médias et nos universités…


29 juin 2010

La fin de la récréation Économie International Récession Revue de presse

National Post

-

Central banks warned low rates may be creating ‘zombie banks’
National Post

Central banks run the risk of distorting financial markets and creating “zombie banks” forever dependent on government support unless they quickly remove extraordinary measures and record low interest rates put in place to deal with the financial crisis, according to the Bank for International Settlements.

“We cannot wait for the resumption of strong growth to begin the process of policy correction,” Jaime Caruana, the BIS general manager, told the bank’s annual general meeting Monday. Banks around the world reported bumper profits last year but the results were distorted by measures taken by countries in the wake of the meltdown and the financial system is still fragile.

The longer governments and central banks wait to boost interest rates and cut deficits, “the larger will be the distortions they create, both domestically and internationally,” said the BIS in its annual report. The organization is worried that banks will become too dependent on government support to survive in a normal environment.

Moreover, the distortions are a serious threat to the broader market, leading investors to take on excessive risks, and encouraging companies to postpone the recognition of losses, which in turn will set the stage for another potentially even more serious phase of the financial crisis, according to the BIS.

Based in Basel, Switzerland, the BIS is an association of central banks aimed at coordinating monetary policy and increasing transparency in the financial system.