Les intentions de Jean-François Lisée étaient louables: on ne peut que se réjouir de la baisse substantielle du taux de suicide au Québec.  Mais, nationalisme oblige, Jean-François Lisée en a trop mis.

Jean-François Lisée en profite notamment pour dire que, contrairement au Québec, les États-Unis sont à la traîne en raison du haut taux de suicide chez les soldats.

Selon les chiffres de l’Institut national de santé publique, le taux de suicide des hommes au Québec pour l’année 2008 était de 22,1 par 100 000 habitants. Pour les jeunes hommes québécois, c’est encore pire: un taux de 23,4 par 100 000 habitants chez les 20-34 ans.

En 2008, le taux de suicide chez les soldats américains en service actif était de 20,2 par 100 000 habitants.  Chez les vétérans, ce taux était de 20,8 par 100 000 habitants.

Vivre au Québec serait-il plus traumatisant pour les hommes que de servir en Irak ou en Afghanistan ?

Voici quelques chiffres du rapport de l’Institut national de santé publique, pourtant cité par Jean-François Lisée, qui ont été omis dans son billet:

Québec Suicidaire

Le Québec occupe aussi le premier rang du côté des femmes…