Le Figaro

Partout dans le monde, l’administration à la diète
Le Figaro

Barack Obama a donné mardi aux membres de son cabinet jusqu’au 13 septembre pour qu’ils identifient des réductions de 5 % des crédits dans leurs agences et ministères. C’est un effort supplémentaire de la Maison-Blanche pour réduire les dépenses publiques en réponse aux inquiétudes des Américains devant l’envolée prévue de l’endettement de l’Oncle Sam à plus de 100 % du PIB en 2012.

Le président russe, Dmitri Medvedev, a ordonné mardi à son administration de faire des propositions visant à réduire de 20 % le nombre de fonctionnaires dans le pays. La semaine dernière, Alexeï Koudrine, avait évoqué une telle proposition qui conduirait à la suppression de 120.000 postes et permettrait d’économiser 43 milliards de roubles (1,13 milliard d’euros).

Lundi, c’est un plan historique d’économies – 80 milliards d’euros d’ici à 2014 – qu’a annoncé la chancelière allemande Angela Merkel. En visant prioritairement les dépenses de l’État fédéral. Nombre d’allocations seront revues à la baisse et près de 15.000 emplois disparaîtront dans la fonction publique d’ici à 2014.

Il ne fait pas bon être fonctionnaire actuellement en Europe. Baisse de 5 à 15 % des salaires en Irlande, suppression des 13e et 14e mois et baisse de 7 % des retraites en Grèce, gel des salaires et non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux au Portugal, gel des salaires en Italie, en Espagne, gel des embauches en Grande-Bretagne… Sans compter les coupes dans les dépenses de fonctionnement qui se généralisent.