Dimanche dernier, Sam Hamad (le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale…) a dévoilé un plan de 7 milliards de dollars sur 5 ans pour combattre la pauvreté.  Pour réaliser à quel point le gouvernement Charest gaspille encore notre argent, il suffit de regarder quels ont été les résultats du plan précédant…

Le plan d’action précédant, qui s’est échelonné de 2004 à 2009, a coûté au gouvernement québécois 4,5 milliards de dollars.  C’est donc, en moyenne, 750 millions de dollars qui ont été dépensés chaque année pour combattre la pauvreté.  En 2004, le Québec comptait 849 000 personnes vivant sous le seuil de faible revenu.  En 2007*, ce nombre est passé à 812 000 personnes.  Donc, de 2004 à 2007, le gouvernement a dépensé 3 milliards de dollars et 37 000 personnes sont sorties de la pauvreté.  Conclusion, de 2004 à 2007, pour chaque personne sortie de la pauvreté, le gouvernement a dépensé plus de 81 000 dollars !

Voici comment a évolué le taux de personnes vivant sous le seuil de faible revenu pour le Québec, l’Ontario et l’Alberta.  Portez une attention toute particulière pour la période 2004-2007:

Quebec Socialiste

En 2004, les 3 provinces avaient un taux à peu près égal.  En 2007, malgré le plan incroyablement dispendieux des libéraux, le Québec a été la province qui a le moins réduit son taux de pauvreté…

Autre statistique intéressante, voici quelle était la proportion des revenus du 20% de la population la plus pauvre provenant de transferts gouvernementaux pour les années 2004 et 2007:

Quebec Socialiste

De 2004 à 2007, grâce au formidable plan de lutte à la pauvreté des libéraux, la dépendance des pauvres à l’égard de l’État s’est accrue de manière substantielle, plus de 62% de leurs revenus dépendaient d’un chèque du gouvernement.  Un résultat honteux qui est parfaitement cohérent avec la culture de dépendance du modèle québécois.  En Ontario et en Alberta, non seulement cette proportion a diminué, mais dans les 2 cas elle se situe sous la barre des 50%.

Pour terminer, voici la proportion des personnes qui ont vécu 6 années consécutives sous le seuil de faible revenu entre les années 2002 et 2007:

Quebec Socialiste

Bref, ce nouveau plan de la lutte à la pauvreté, tout comme le premier, risque bien d’être un autre gaspillage éhonté des fonds publics.

À lire aussi: La justice sociale est néolibérale

*Données les plus récentes disponibles sur le site de Statistique Canada.

Sources:
Statistique Canada

Tableaux 202-0802, 202-0301 & 202-0807