Antagoniste


26 mai 2010

C’est notre argent Canada Coup de gueule Économie

Attention, politicien au travail !Selon un communiqué diffusé par le Bureau de régie interne de la Chambre des communes, le compte de dépenses des députés et sénateurs totalise 533 millions de dollars.  Rappelons que les parlementaires refusent que la vérificatrice générale du Canada puisse examiner ces dépenses.

Faites le calcul, 533 millions de dollars pour 413 parlementaires (308 députés et 105 sénateurs) ça représente une dépense colossale de 1,29 million de dollars par parlementaire; le tout dilapidé à l’abri du regard du public (même si c’est notre argent) !!!

Chaque année, l’Agence du revenu du Canada examine les déclarations de revenus de plusieurs milliers de Canadiens.  Mais contrairement aux députés, quand un fonctionnaire demande à un simple citoyen de produire des pièces justificatives, celui-ci n’a pas le luxe de répondre: « va te faire foutre ».


26 mai 2010

Modèle québécois = paresse ? Canada Économie En Chiffres Québec

Au Québec, les gens qui travaillent sont moins nombreux que dans le reste du Canada:

Modèle Québécois

Entre 1997 et 2002, il y a eu un certain rattrapage suivi d’une stagnation. En 2008, si le Québec avait un taux d’emploi identique à celui du reste du Canada, la province aurait pu compter sur 319 019 travailleurs de plus !

Au Québec, les travailleurs font moins d’heures que dans le reste du Canada:

Modèle Québécois

Depuis 1999, l’écart avec le reste du Canada a passablement crû.  En 2008, si le Québec avait eu une intensité du travail identique à celle du reste du Canada, les travailleurs québécois auraient ajouté 319 millions d’heures au compteur !

Au Québec, les travailleurs sont moins productifs que dans le reste du Canada:

Modèle Québécois

L’écart avec le reste du Canada a énormément fluctué, mais au global elle a augmenté depuis 1997.  En 2008, si le Québec avait une productivité identique à celle du reste du Canada, les travailleurs québécois auraient ajouté 13,4 milliards de dollars au PIB de la province !

N’en déplaise à la gauche, au Québec il y a moins de travailleurs, ceux qui travaillent font moins d’heures et chaque heure travaillée produit moins.

En 2008, si le Québec avait pu compter simultanément sur un taux d’emploi, une intensité du travail et une productivité identiques au reste du Canada, les travailleurs québécois auraient ajouté 49,4 milliards de dollars au PIB de la province (en dollars enchaînés de 2002) !

Selon une étude réalisée par les HEC l’an dernier, en 1981, chaque Canadien pouvait compter annuellement sur 4 918 $ de plus qu’un Québécois (PIB par habitant). Aujourd’hui, il dispose de 9 208 $ de plus que son voisin.

Si l’on se compare aux Américains, la situation est encore pire.  En 1981, chaque Américain pouvait compter annuellement sur 8 052 $ de plus qu’un Québécois (PIB par habitant). Aujourd’hui, il dispose de 18 744 $ de plus que son voisin.

Sources:
Statistique Canada / HEC Montréal
Tableaux 383-0011 & 383-0009 / Productivité et prospérité au Québec : Bilan 1981-2008


26 mai 2010

La fin de l’État providence Europe Récession Revue de presse

The NewYork Times

Europeans Fear Crisis Threatens Liberal Benefits
The New York Times

Across Western Europe, the “lifestyle superpower,” the assumptions and gains of a lifetime are suddenly in doubt. The deficit crisis that threatens the euro has also undermined the sustainability of the European standard of social welfare, built by left-leaning governments since the end of World War II.

Europeans have boasted about their social model, with its generous vacations and early retirements, its national health care systems and extensive welfare benefits, contrasting it with the comparative harshness of American capitalism. Europeans have benefited from low military spending, protected by NATO and the American nuclear umbrella. They have also translated higher taxes into a cradle-to-grave safety net. “The Europe that protects” is a slogan of the European Union.

But all over Europe governments with big budgets, falling tax revenues and aging populations are experiencing rising deficits, with more bad news ahead. With low growth, low birthrates and longer life expectancies, Europe can no longer afford its comfortable lifestyle, at least not without a period of austerity and significant changes. The countries are trying to reassure investors by cutting salaries, raising legal retirement ages, increasing work hours and reducing health benefits and pensions.

“We’re now in rescue mode,” said Carl Bildt, Sweden’s foreign minister. “But we need to transition to the reform mode very soon. The ‘reform deficit’ is the real problem,” he said, pointing to the need for structural change.