Antagoniste


20 mai 2010

Government out of my body ! Gauchistan Québec

Coca-ColaPour les pro-choix, l’accès à l’avortement ne devrait pas être contrôlé par le gouvernement puisque ce n’est pas au gouvernement de dicter aux femmes ce qu’elles doivent faire de leur corps.  « Government out of my body », c’est un slogan que l’on entend souvent chez les pro-choix.  C’est un argument de poids, tout à fait valable, qui ne peut être ignoré.

Mais quand on accepte le principe que l’avortement doit être légal parce que le gouvernement n’a pas le droit de dire aux citoyens comment ils doivent disposer de leur corps, alors il faut être cohérent et rejeter du même coup toutes les lois limitant l’usage qu’une personne veut faire de son corps.  Par exemple, il est illogique de crier que le gouvernement ne doit pas dicter aux femmes ce qu’elles peuvent faire de leur corps dans le dossier de l’avortement tout en militant pour l’instauration d’une taxe sur la malbouffe.  Si l’on considère qu’une personne est assez responsable pour décider d’avoir recours à un avortement, je pense que les citoyens sont aussi assez responsables quand vient le temps de décider s’ils veulent manger un Big Mac.  D’autant plus que les considérations éthiques relatives à la consommation d’un Big Mac sont moins complexes que celles entourant l’avortement.

Ce qui nous amène à l’hypocrisie du président de la Fédération des médecins spécialistes, le Dr. Gaétan Barrette.  Si ce dernier est d’accord avec le principe que le gouvernement ne doit pas dicter aux femmes comment disposer de leur corps dans le dossier de l’avortement, le même Gaétan Barrette considère que le gouvernement devrait dicter nos habitudes alimentaires.

Au Dr. Gaétan Barrette et à toute sa bande de gauchistes qui veulent m’imposer une diète je réponds: « Government out of my body ! »


20 mai 2010

Arguing with Idiots: Bernard Landry Arguing with Idiots Économie En Chiffres États-Unis Québec

Sur les ondes du 98.5, Barnard Landry a déclaré (et ce n’est pas une blague), que si les États-Unis avaient adopté la même réforme du Code du travail que le PQ a mis en place en 1977, les États-Unis auraient, tout comme le Québec, eu un taux de chômage inférieur lors de la présente récession.

D’entrée de jeu, il est plutôt ridicule d’affirmer que si le taux de chômage du Québec est resté relativement inchangé lors de la présente récession, c’est à cause de la réforme du Code du travail adopté en 1977.  Mais donnons le bénéfice du doute à Bernard Landry (il en a bien besoin) et admettons qu’il a raison.

Donc, analysons l’évolution du taux de chômage aux États-Unis et au Québec depuis 1977, pour voir qu’elles ont été les formidables avantages de la réforme péquiste:

Bernard Landry

Quelle incroyable réalisation que cette réforme du Code du travail !  En échange de taux de chômage avantageux pendant quelques mois tous les 30 ans, les gens ont droit à un taux de chômage chroniquement élevé le reste du temps !  Quelle bonne affaire !

Imaginez que vous placez votre argent dans une compagnie.  Durant 29 ans, votre placement obtient un rendement négatif (vous perdez de l’argent) et finalement, à la 30e année, vous êtes en mesure d’avoir un petit rendement positif.  Toute personne normalement constituée considérerait que ce placement a été désastreux, mais Bernard Landry n’est pas une personne normalement constituée.  Parce que pour Bernard Landry, le petit gain de la 30e année suffit à faire oublier les 29 années de pertes.

Et dire qu’on a été gouverné par ce bouffon…

Sources:
Statistique Canada/ U.S. Bureau of Labor Statistics
Tableaux 279-0035 / Labor Force Statistics from the Current Population Survey


20 mai 2010

Gauche = violence ! Canada Économie Gauchistan Revue de presse

National Post

Anarchist group claims Ottawa bank firebombing
National Post

The videotaped firebombing of a Royal Bank of Canada branch in Ottawa on Tuesday morning could be a sign of things to come. Anarchist websites are threatening « militant and confrontational » action during the summits of G8 and G20 world leaders in Huntsville, Ont., and Toronto, respectively, next month.

And the group claiming responsibility for the bank attack vows that its members will « be there » to protest « exploitation of people and the environment. »

A group calling itself « FFFC-Ottawa » has claimed responsibility for the early-morning firebombing of the RBC branch on Tuesday. A short video of the incident posted on an indymedia website shows at least two people walking out of the branch as a fireball erupts. No one was injured.

A message attached to the video derides the bank for its sponsorship of the 2010 Olympic Winter Games in Vancouver, which occurred « on stolen indigenous land » and « increased the homelessness crisis in Vancouver. » The group also criticizes RBC for being a « major financier of Alberta’s tar sands, one of the largest industrial projects in human history and perhaps the most destructive » and « the cause of the second fastest rate of deforestation on the planet. »