Antagoniste


14 avril 2010

Vivre au dessus de ses moyens Économie Gauchistan Québec

Étatisme

Un sujet de méditation pour ceux qui ont participé à la manifestation du 11 avril…

Les Québécois reçoivent pour 17,5 milliards de dollars de services de plus que les Ontariens. C’est 26% de plus. Pourtant, le PIB du Québec accuse un retard de 14% sur l’Ontario…

C’est bien beau de chialer contre le gaspillage, c’est même essentiel. Par contre, il est ridicule de croire qu’en éliminant ce gaspillage on sera en mesure de payer pour nos « acquis » sociaux… Un jour où l’autre, les gens devront réaliser qu’on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.


14 avril 2010

Arguing with Idiots: Jean-François Lisée Arguing with Idiots Canada Économie En Vidéos États-Unis Québec

Jean François Lisée trouve parfaitement normal que 45% des Américains ne payent pas d’impôt.  Pour lui, c’est un mécanisme essentiel de redistribution de la richesse qui rend la société plus juste.

Vraiment ?

Tout d’abord, je laisse la parole au juge Napolitano et à David Buckner (Colombia University):

Comparons ensuite la situation en Alberta et au Québec pour vérifier si l’impôt permet véritablement de créer des sociétés justes et prospères.

En Alberta, un particulier avec des revenus de 100 000$ devra payer 30 110$ en impôt. Une société avec un profit de 1 500 000$ devra payer 118 322$ au ministère du Revenu. Au Québec, ces sommes sont de 36 893$ et 157 400$ respectivement.

Est-ce que le régime fiscal québécois a été bénéfique pour les pauvres ?

En Alberta pour l’année 2007, 37,9% des revenus des pauvres* provenaient de transferts gouvernementaux. Pour le Québec cette proportion a atteint un spectaculaire 62,6%. Vous pensez peut-être que cette redistribution de la richesse a fait en sorte que les pauvres du Québec étaient plus riches que les pauvres du reste de l’Alberta… Pas du tout, en 2007 les revenus des pauvres Québécois étaient de 12 700$ alors que les revenus des pauvres Albertains ont totalisé 17 100$.

Entre 1977 et 2007, le revenu des pauvres au Québec n’a augmenté que de 10,2%. À l’opposé du spectre politique, les revenus des pauvres en Alberta se sont accrus de 96,2%.

Entre 2002 et 2007, 2,7% des Québécois ont vécu 6 années consécutives sous le seuil de faible revenu. Durant la même période en Alberta, cette proportion n’a été que de 0,4%.

Pour terminer, il est intéressant de constater que l’indice GINI du Québec en 2007 était de 0,376 contre 0,394 pour l’Alberta. Autrement dit, l’Alberta est plus inégalitaire que le Québec. Pourtant, en Alberta les pauvres s’en tirent beaucoup mieux qu’au Québec. Voilà qui confirme une fois de plus que l’égalitarisme n’est pas une vertu à atteindre.

P.-S. Je vous rappelle que l’Alberta a une flat tax alors que le Québec a un impôt progressif.

Citation de P.J. O’Rourke à propos de l’État-providence:

P.J. O’Rourke

« A democracy cannot exist as a permanent form of government. It can only exist until a majority of voters discover that they can vote themselves largess out of the public treasury. »

*Pauvre: les 20% de la population avec le revenu le plus faible.


14 avril 2010

Cuba libre ? Économie Gauchistan International Revue de presse

The Daily Telegraph

Cuba turns over barber shops and beauty salons to employees
The Daily Telegraph

The measure marks the first time state-run retail establishments have been handed over to employees since they were nationalised under Fidel Castro in 1968.

Barbers and hairdressers will now rent the space where they work and pay taxes instead of receiving a monthly wage, and will be able to charge market prices.

In Cuba the state controls more than 90 per cent of economic activity and the measure may signal the start of a long-expected privatisation drive by President Raul Castro, who took over from his elder brother more than two years ago.

The new policy, which began this month, applies to beauty salons and barber shops with three or fewer seats.

It has not been officially announced by the Cuban government or mentioned by state-run media.