Tea PartyEnviron 50 000 personnes réunies à Québec pour manifester contre le budget de Jean Charest.  Et pour une fois, c’était une vraie manifestation populaire, pas une mise en scène de la racaille syndicalo-socialiste.

Mais peut-on parler d’un Tea Party québécois ?  Aux États-Unis, les gens qui participent aux Tea Party sont en colère, mais ils ont aussi des revendications bien précises, ils veulent plus de liberté et moins de gouvernements.  Dans la manifestation de Québec, j’ai aussi vu des gens en colère, mais les revendications restent floues…  Veulent-ils un gouvernement plus petit ou plutôt un gros gouvernement du moment que c’est un autre qui aura à payer la note ?

Quand j’entends un organisateur déclarer que les libéraux sacrifient les acquis sociaux du Québec, je doute qu’on puisse parler d’un Tea Party québécois.  Le problème du Québec c’est justement les acquis sociaux.

Et quand des politiciens comme Bernard Drainville et Agnès Maltais participent à ce genre de manifestation, je doute encore plus…  Ce n’est pas en remplaçant les libéraux par les péquistes qu’on va solutionner le problème.