Un vidéo sur les vertus de l’introduction d’une « flat tax » aux États-Unis (qui est tout aussi valable pour le Québec et le Canada):

La Loi sur l’impôt au Canada fait 1 423 pages; la Loi du Québec fait 2 519 pages.

Les crédits d’impôt créent un mélange hétéroclite de mesures fiscales qui complexifient le rapport d’impôt et qui alourdissent la bureaucratie du ministère du Revenu.  Sans compter que ces nombreux crédits peuvent se transformer en outil politique pour acheter des votes.

Voici le nombre de crédits d’impôt qui sont offerts aux entreprises dans chacune des provinces canadiennes:

  1. Nouveau-Brunswick: 4
  2. Île-du-Prince-Édouard: 4
  3. Alberta: 7
  4. Terre-Neuve: 8
  5. Nouvelle-Écosse: 8
  6. Saskatchewan: 8
  7. Manitoba: 10
  8. Colombie-Britannique: 12
  9. Ontario: 21
  10. Québec: 30

Le même exercice, mais pour l’impôt des particuliers:

  1. Alberta: 23
  2. Nouveau-Brunswick: 24
  3. Île-du-Prince-Édouard: 24
  4. Terre-Neuve: 27
  5. Nouvelle-Écosse: 28
  6. Ontario: 30
  7. Saskatchewan: 31
  8. Colombie-Britannique: 31
  9. Manitoba: 36
  10. Québec: 48

Vivement une « flat tax » pour simplifier ce capharnaüm administratif, surtout au Québec !