Dans la sociale-bureaucratie québécoise, les contribuables subventionnent les syndicats et leurs grèves… À vomir…

H/T: Les Analystes