CorruptionIl y a quelques mois, j’ai écrit un billet expliquant pourquoi « étatisme » et « corruption » vont de pair.  Aujourd’hui, l’actualité nous fournit un exemple très concret de ce genre de situation.

Selon le PQ, le Parti Libéral aurait distribué des permis de garderie et de places subventionnées à des gens ayant contribué à la caisse électorale du parti.

Si le gouvernement n’avait pas étendu ses tentacules dans le réseau des services de garde et si le gouvernement avait décidé de ne pas réglementer les garderies avec des permis et des subventions, personne aujourd’hui ne parlerait de corruption.  La possibilité de corruption est apparue uniquement quand le gouvernement a décidé d’intervenir.  S’il n’y avait pas eu de permis ou de subventions, les cadeaux aux partis politiques pour obtenir des permis et des subventions n’auraient jamais été nécessaires !

Dans une société, plus le gouvernement distribue de subventions, de permis et d’autorisations, plus les gens auront un incitatif à recourir aux pots-de-vin pour obtenir un permis, une subvention ou une autorisation.

Dans une société, plus l’État est gros et omniprésent, plus il y a de possibilités de corruption.