Depuis 1997 au Québec, le taux d’imposition des 20% des Québécois les plus riches est passé de 26,0% à 22,9%, soit une baisse de 11,9%.

À la vue de ces chiffres, Québec Solitaire doit rager.  Selon le grand évangile socialiste, il faut encore et toujours taxer les méchants riches.

N’en déplaise aux gauchistes, si le taux d’imposition des plus riches a diminué depuis 10 ans, la proportion des revenus du gouvernement provenant de ces mêmes riches est passée de 56,9% à 61,5%, soit une augmentation de 8,7%.  Quand plus de 60% des impôts collectés par un gouvernement proviennent de 20% de la population, on se demande bien comment il pourrait être possible de taxer encore plus les riches.

La conclusion est claire: trop d’impôt tue l’impôt. En réduisant le niveau de taxation des plus riches, on cesse de pénaliser leur travail. N’étant plus punis, ces derniers peuvent augmenter leurs revenus de telle sorte que, malgré la diminution du taux d’imposition, l’État peut gonfler ses recettes.

Un calcul bien simple qui donne beaucoup de fil à retordre à de nombreux politiciens québécois…  Bien évidemment, le libertarien en moi vous dira que si les revenus du gouvernement augmentent suite à une baisse d’impôt, c’est un signe que la baisse n’a pas été assez importante.

Voici comment se compare le Québec au reste du Canada:

Impôt

Impots

Même si le Québec a toujours plus taxé ses riches que le reste du Canada, la proportion des revenus du gouvernement québécois provenant des riches a toujours été du même ordre que celle des autres provinces canadiennes.

Source:
Statistique Canada
Tableau 202-0501