Selon Jean-François Lisée et Thomas Muclair, l’industrie pétrolière albertaine a coûté au Québec 55 000 emplois manufacturiers entre 2002 et 2007.

Sur quoi repose ce raisonnement ?  Sur des fondations assez molles…  Selon ces deux gauchistes, l’exploitation des sables bitumineux en Alberta a fait augmenter la valeur de la devise canadienne ce qui a nui aux exportations de l’industrie manufacturière.

S’il est vrai que le pétrole albertain a dopé la valeur du dollar, peut-on pour autant accuser les sables bitumineux d’être responsables de la perte de 55 000 emplois manufacturiers ?

Répondons à cette question en regardant l’évolution de l’emploi et du PIB dans ce secteur de l’économie:

Manufacturier Québec

Depuis 2002, on peut effectivement observer un déclin relativement important de l’emploi dans le secteur manufacturier.  Par contre, le niveau de production (mesuré par le PIB) est resté relativement stable.  Conclusion: on produit autant qu’en 2002, mais avec moins d’employés, autrement dit, la productivité a augmenté.  En 2002, chaque travailleur dans le secteur manufacturier produisait 73 151$ et en 2007 on est passé à 83 294$.

L’augmentation de la devise n’a pas détruit d’emplois au Québec. Ce qui a véritablement détruit ces emplois, ce sont les dirigeants d’industries manufacturières qui se sont trop longtemps fiés à une devise faible pour exporter à faible coût. Autrement dit, au lieu d’investir dans leur business pour augmenter leur productivité et leur efficacité, certaines industries ont plutôt décidé de se fier sur une devise faible (un pari complètement stupide).  Les industries qui se plaignent que leurs affaires vont mal à cause de l’augmentation du dollar n’ont qu’elles-mêmes à blâmer: elles ont creusé leur propre tombe.

Selon Lisée et Muclair, le Canada devrait pour punir les industries qui fonctionnent bien sous prétexte qu’il faut sauver des industries qui croupissent dans la médiocrité.  Il faut dire que le nivellement par le bas, c’est souvent la solution proposée par la gauche.

Au lieu de se plaindre de l’augmentation de la valeur de notre devise, on devrait plutôt s’en réjouir parce que l’on est en train de faire le ménage et de provoquer un phénomène de destruction créatrice qui a trop longtemps été retardé.  L’augmentation de la valeur du dollar élimine les industries moribondes ce qui se traduit par une augmentation du niveau de productivité.  Autre phénomène non négligeable, avec un dollar fort les importations coûtent moins cher.  Cette situation profite à tous les Canadiens.

Affirmer que l’industrie pétrolière nuit à l’industrie manufacturière québécoise est tout aussi ridicule qu’affirmer qu’Henry Ford a causé le déclin des maréchaux-ferrants.  Sous prétexte qu’il fallait sauver cette profession aurait-il fallu interdire la construction de voiture ?  Poser la question c’est y répondre.

Au fait, quand la valeur du dollar canadien augmente parce que les politiques inflationnistes de l’Administration Obama provoquent la chute du dollar américain, la gauche accuse-t-elle Obama de vouloir détruire l’économie du Québec ?

Sources:
Statistique Canada
Tableau 282-0012; Tableau 379-0025