Antagoniste


31 janvier 2010

More of the same… Économie Gaspillage Gauchistan Québec

FonfonLa semaine dernière les médias ont fait grand bruit de la diffusion du rapport du Comité consultatif sur l’économie et les finances publiques

Parmi les suggestions pour sauver le modèle québécois, on propose de créer une autorité ou un organisme qui sera chargé d’évaluer l’efficacité des programmes gouvernementaux.  Autrement dit, pour rendre la bureaucratie plus efficace, on veut créer une nouvelle structure bureaucratique !

Et, dans quelques années, bureaucratie oblige, il faudra créer une deuxième agence de surveillance qui sera chargée de surveiller la première agence de surveillance…  et ainsi de suite jusqu’à ce que les contribuables soient saignés à blanc…

Morale de l’histoire, ne demandez pas à un comité consultatif du gouvernement de soigner un alcoolique parce qu’ils vont probablement le traiter en l’amenant faire la fête dans un bar…


31 janvier 2010

État policier Coup de gueule Économie En Vidéos Philosophie

John Stossel se penche sur l’émergence d’une nouvelle force de répression dans les sociétés occidentales: la food police !

En guise d’aperçu, voici Nick Gillespie (libertarien) qui remet à sa place MeMe Roth (gouver-manman):

Pour voir l’émission au complet:

À lire: Calorie Postings Don’t Change Habits, Study Finds

Les régimes de santé universelle sont probablement les programmes sociaux les plus pernicieux à avoir été adoptés par les gouvernements. Sous prétexte que le gouvernement paye pour « donner » des soins de santé à la population, les politiciens se donnent le droit de régenter nos vies parce que le corps d’un individu devient une source de dépense pour le gouvernement. Bref, dans un régime de santé universelle votre corps ne vous appartient plus, il devient la propriété de l’État.


31 janvier 2010

Une révolution du bon sens ? Économie International Revue de presse

The Economist

Stop! The size and power of the state is growing, and discontent is on the rise
The Economist

America’s most vibrant political force at the moment is the anti-tax tea-party movement. Even in leftish Massachusetts people are worried that Mr Obama’s spending splurge, notably his still-unpassed health-care bill, will send the deficit soaring. In Britain, where elections are usually spending competitions, the contest this year will be fought about where to cut. Even in regions as historically statist as Scandinavia and southern Europe debates are beginning to emerge about the size and effectiveness of government.

There are good reasons, as well as bad ones, why the state is growing; but the trend must be reversed. Doing so will prove exceedingly hard—not least because the bigger and more powerful the state gets, the more it tends to grow. But electorates, as in Massachusetts, eventually revolt; and such expressions of voters’ fury are likely to shape politics in the years to come.

The Economist will return to these areas in coming months. All raise different issues; and different countries may need to deal with them in different ways. But one large general point links them: a great battle about the state is brewing. And, as in another influential revolution, the first shot may have been heard in Massachusetts.