La semaine dernière, les États-Unis ont redonné au concept de liberté d’expression ses lettres de noblesse en abrogeant une loi qui interdisait aux corporations de diffuser des publicités électorales.

Il va sans dire que la gauche, qui a toujours eu de la difficulté à accepter la notion de liberté d’expression, a été scandalisée.

Pourtant, le cas présenté devant la Cour suprême des États-Unis est clair: la loi qui a été abrogée donnait au gouvernement le pouvoir de bannir des livres ou des films.  Contrairement aux gauchistes, je crains plus un gouvernement qui a le pouvoir de réglementer le discours politique que les publicités électorales d’une corporation.

Voici un petit vidéo qui résume les enjeux dans cette affaire:

The problem is not too much money in politics; the problem is too much power in government.