Pour retourner à l’équilibre budgétaire, le gouvernement semble privilégier une hausse de ses revenus. Pourtant, avant de dévaliser (une fois de plus) les contribuables, Jean Charest devrait plutôt s’attaquer au Léviathan qu’est devenu l’État québécois en réduisant la taille de la fonction publique.

Voici comment a évolué la bureaucratie depuis 1981:

Fonctionnaires Québec

Depuis 2001, l’écart avec le reste du Canada a diminué substantiellement, mais il faut garder à l’esprit que la moyenne québécoise reste nettement au-dessus de la moyenne des 9 autres provinces.

De plus, le graphique montre que la réduction de cet écart n’est pas imputable à une rationalisation de la fonction publique québécoise, mais à une augmentation du nombre de fonctionnaires dans le reste du Canada.  Bref, malgré ses promesses de réingénierie, la taille de la fonction publique au Québec a légèrement augmenté depuis l’arrivée de Jean Charest.

Si le Québec ramenait son nombre de fonctionnaires au même niveau que le reste du Canada, c’est 86 369 fonctionnaires de moins qui seraient sur les listes de payes du gouvernement, soit une diminution de 11,3%.

Une réduction de 86 369 fonctionnaires représente une économie d’environ 3,5 milliards de dollars pour le gouvernement.

Sources:
Statistique Canada
Tableau 183-0002; Tableau 051-0001