Hier, sur les ondes du 98.5 Paul Houde et Normand Lester ont été en mesure de résoudre les problèmes qui ravagent la société haïtienne.  Selon les deux comparses, Haïti a besoins, comme de Cuba, d’un « dictateur éclairé » qui sera en mesure de remettre le pays sur ses rails.

Après tout, le dynamique duo suggère que Castro a été capable d’alphabétiser sa population, un élément clé du développement.  Qu’importe si pour réaliser cet objectif on a dû fusiller quelques dissidents qui refusaient d’être asservis par l’État au nom du bien commun.  On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs.

Qu’importe aussi si après avoir alphabétisé sa population, Castro a dû bannir les écrits subversifs.  Le rôle d’un « dictateur éclairé » ne se limite pas à apprendre aux gens à lire; il doit aussi décider de ce qui peut être lu sans quoi on risque de menacer le « progrès social ».

La vie est tellement plus simple avec un « dictateur éclairé », les gens n’ont plus besoin de réfléchir parce qu’il sait ce qui est bon pour son peuple.   C’est pourquoi un « dictateur éclairé » a parfaitement le droit d’interdire aux Cubains de quitter son île.  Castro sait ce qui est bon pour sa population, mais cette dernière est simplement trop bête pour le réaliser.  Ultimement, le rôle d’un « dictateur éclairé » consiste à protéger la population contre elle-même.

C’est peut-être ça la malédiction des Haïtiens, ils ont eux bien des dictateurs, mais jamais un qui fut « éclairé » comme Castro… À moins que cette malédiction ne soit plutôt causée par les gens qui pensent que pour sortir un peuple de la misère, il faut obligatoirement vivre sous le joug d’une dictature…

M’enfin, moi je préfère encore les éclaircissements de Bastiat

Bastiat

« Il y a trop de grands hommes dans le monde; il y a trop de législateurs, organisateurs, instituteurs de sociétés, conducteurs de peuples, pères des nations, etc. Trop de gens se placent au dessus de l'humanité pour la régenter, trop de gens font métier de s'occuper d'elle. »