Antagoniste


20 décembre 2009

Bipolaire Canada Coup de gueule Économie Récession

Pour « sauver » le Canada de la récession, Mark Carney, le gouverneur de la Banque du Canada a abaissé les taux d’intérêt pour inciter les institutions financières à faire plus de crédit.

Aujourd’hui, le même Mark Carney s’inquiète parce que les Canadiens se sont endettés durant la récession, ce qui est anormal en période de contraction économique. Selon le gouverneur de la Banque du Canada, le faible taux d’intérêt pousse les Canadiens à trop emprunter.

Sans le savoir, Mark Carney a expliqué pourquoi les banques centrales doivent être abolies.


20 décembre 2009

Corruption Économie États-Unis Récession Revue de presse

Democratic districts received nearly twice the amount of stimulus funds as GOP districts
Washington Examiner

A new analysis of the $157 billion distributed by the American Reinvestment and Recovery act, popularly known as the stimulus bill, shows that the funds were distributed without regard for what states were most in need of jobs.

« You would think that if the stimulus money was actually spent to create jobs, there would be more stimulus money spent in high unemployment states, » said Veronique de Rugy, a scholar at the Mercatus Center who produced the analysis. « But we don’t find any correlation. »

« We find no correlation between economic indicators and stimulus funding. Preliminary results find no statistically significant effect of unemployment, median income or mean income on stimulus funds allocation, » said the report.

The Mercatus Center analysis also found that Democratic congressional districts received on average almost double the funding of Republican congressional districts. Republican congressional districts received on average $232 million in stimulus funds while Democratic districts received $439 million on average.



18 décembre 2009

Copenhague, sommet socialiste Coup de gueule Économie En Vidéos Environnement Gauchistan International Venezuela

Les gens qui pensent que la conférence de Copenhague est une rencontre ayant pour thème l’environnement et non pas le socialisme devront réviser leur position.

De passage à Copenhague, Hugo Chavez a profité de l’occasion pour s’adresser aux délégués présents pour cette conférence.  Dans son allocution, le président vénézuélien a déclaré que le capitalisme menait en enfer et, en s’appuyant sur des citations de Karl Marx et Jésus Christ, Chavez a conclu son discours en affirmant que seul le socialisme pouvait sauver le monde.

Réaction des délégués venus entendre le discours ?  Une ovation debout !

Quand une assemblée de réchauffistes ovationne le leader maximo d’une pétro-économie détenant les plus importantes réserves mondiales de sable bitumineux simplement parce qu’il a affirmé que le socialisme devrait remplacer le capitalisme, il ne fait plus de doute que l’enjeu de cette conférence n’est pas le réchauffement de la planète, mais la destruction du capitalisme.

Fait intéressant, pour produire 1000$ de PIB, le Canada dégage 0,73 tonne de CO2. Pour la même production, le Venezuela dégage 1,04 tonne de CO2.  La Corée du Nord, un autre paradis socialiste, fait osciller la balance à 4,61 tonnes de CO2 par tranche de 1000$ de PIB.

Parions que les chercheurs de l’Université d’East Anglia ont entre les mains une étude qui démontre que le CO2 socialiste est moins dommageable que le CO2 capitaliste…

Et pour ceux qui doutent encore du véritable objectif des écologistes réunis à Copenhague, voici à quoi ressemblent les manifestations en marge du sommet:


18 décembre 2009

Ce n’est jamais assez… Économie En Vidéos Québec

Cette semaine, le gouvernement de Jean Charest a annoncé qu’il augmentait le salaire minimum de 50¢.

Les illettrés économiques qui sévissent dans les médias québécois n’ont eu d’autre choix que de saluer cette mesure, mais on s’est empressé d’ajouter que ce n’est pas assez.

Ce que les illettrés économiques semblent ignorer, c’est que cette hausse du salaire minimum aura des conséquences négatives chez les gens qu’on prétend vouloir aider:

John Stossel au sujet du salaire minimum:


Le minimum
envoyé par TheEconomist

Joseph Facal:

« C’est toujours la lutte entre ce qui frappe les yeux et ce qui ne se montre qu’à l’esprit, entre ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas. »
-Frédéric Bastiat


18 décembre 2009

Faillite américaine Économie États-Unis Récession Revue de presse

The Wall Street Journal

Are Your U.S. Treasury Bonds Safe?
The Wall Street Journal

On its face, the probability of the U.S. defaulting on its spiraling debts seems highly unlikely. But that’s not what the markets think. The price of insurance against such a default—using derivatives known as credit default swaps—has jumped by more than 50% in the private market in recent months. According to CMA DataVision in London, a specialist in these contracts, it will now cost you 0.34% of the principal per year to buy default insurance on U.S. government bonds. If you held $1 million in Treasurys, insuring against default would cost you $3,400 for the year. A few months back, insuring those bonds would’ve cost less than $2,000.

The cost of insuring government bonds has risen world-wide in the last couple of months, partly over worries about deteriorating government finances, and partly in response to the Dubai debt crisis. Insuring British government bonds will cost you 0.77% for the year, while Dubai bondholders will pay more than 5%.

Yet CMA DataVision calculates that professional investors with real money in the game still think there is a 3% or so chance that the U.S. might default within five years. And that 0.34% annual insurance cost is pretty hefty compared to the gross yield on five-year Treasury bonds, right now just 2.1% a year.

For investors, the greatest danger is not that America could formally default on its debts, it’s that the government may informally default by unleashing inflation.


17 décembre 2009

Le vrai scandale Coup de gueule En Vidéos Environnement International

Pour les « éco-bonaces », le climategate est un scandale qui concerne uniquement quelques courriels qui auraient été sortis de leur contexte. Mais le climategate c’est beaucoup plus que de simples courriels, le modèle informatique qui soutient la thèse réchauffiste a aussi été rendu public.

Si les « éco-bonaces » ont ignoré la publication du modèle informatique, c’est parce qu’il contient une vérité qui dérange:


17 décembre 2009

Malpropre Coup de gueule Environnement Gauchistan International

Hippie

Suite aux manifestations des réchauffistes à Copenhague, la Ville a dû mobiliser 30 balayeuses urbaines supplémentaires pour ramasser les déchets (banderoles, tracts, tasses en carton, pavés et protège-dents !) laissés dans les rues de la ville par les manifestants. Il serait tentant de faire une blague sur la légendaire propreté des hippies, mais je vais m’abstenir… Contentons-nous de dire que les écolos sont de grands parleurs, mais de petits faiseurs.


17 décembre 2009

Bilan 2009 de l’actualité Canada En Chiffres International Québec

Quelques chiffres tirés du bilan annuel de l’actualité 2009 d’Influence Communication, un ouvrage fascinant sur l’état de la nouvelle; à lire absolument !

Influence Communication

Depuis 24 mois, l’environnement a perdu 66% de son poids média et la santé a fait un gain de 400%.

Influence Communication

Le poids médias global de la grippe A(H1N1) et de l’ensemble de ses composantes en 2009:

  • Québec: 6,70%
  • Canada: 2,40%
  • Monde: 1,40%

Influence Communication

Chefs d’État ou politiciens les plus médiatisés dans le monde:

  1. Barack Obama: 9,16%
  2. Nicolas Sarkozy: 1,79%
  3. Gordon Brown: 1,71%
  4. Angela Merkel: 1,50%
  5. Hillary Clinton: 1,34%

Stephen Harper se classe 18e (0,43%)

Influence Communication

Gilles Duceppe se classe en 21e position pour l’année 2009.  Il était 8e en 2008 et 7e en 2007 et 2006.

Les quotidiens québécois les plus cités à la radio et à la télévision au Québec:

  1. La Presse: 50.65%
  2. Journal de Montréal: 18,34%
  3. Journal de Québec: 8,19%
  4. Le Soleil: 6,17%
  5. The Gazette: 4,65%

Les journalistes de la presse écrite les plus cités à la radio et à la télévision:

  1. Richard Martineau (Journal de Montréal): 5,67%
  2. Réjean Tremblay (La Presse): 4,44%
  3. François Gagnon (La Presse): 4,39%
  4. Yves Boisvert (La Presse): 4,17%
  5. Vincent Marissal (La Presse): 3,57%

Source:
Influence Communication
État de la nouvelle: bilan 2009


17 décembre 2009

Énergie verte Environnement États-Unis Revue de presse

San Francisco Chronicle

Energy-efficient traffic lights can’t melt snow
San Francisco Chronicle

Cities around the country that have installed energy-efficient traffic lights are discovering a hazardous downside: The bulbs don’t burn hot enough to melt snow and can become crusted over in a storm — a problem blamed for dozens of accidents and at least one death.

“I’ve never had to put up with this in the past,” said Duane Kassens, a driver from West Bend who got into a fender-bender recently because he couldn’t see the lights. “The police officer told me the new lights weren’t melting the snow. How is that safe?”

Many communities have switched to LED bulbs in their traffic lights because they use 90 percent less energy than the old incandescent variety, last far longer and save money. Their great advantage is also their drawback: They do not waste energy by producing heat.

Illinois authorities said that during a storm in April, 34-year-old Lisa Richter could see she had a green light and began making a left turn. A driver coming from the opposite direction did not realize the stoplight was obscured by snow and plowed into Richter’s vehicle, killing her.

« Would the accident have occurred if the lights had been clear? I would be willing to bet not, » Oswego police Detective Rob Sherwood said.