Les gens qui pensent que la conférence de Copenhague est une rencontre ayant pour thème l’environnement et non pas le socialisme devront réviser leur position.

De passage à Copenhague, Hugo Chavez a profité de l’occasion pour s’adresser aux délégués présents pour cette conférence.  Dans son allocution, le président vénézuélien a déclaré que le capitalisme menait en enfer et, en s’appuyant sur des citations de Karl Marx et Jésus Christ, Chavez a conclu son discours en affirmant que seul le socialisme pouvait sauver le monde.

Réaction des délégués venus entendre le discours ?  Une ovation debout !

Quand une assemblée de réchauffistes ovationne le leader maximo d’une pétro-économie détenant les plus importantes réserves mondiales de sable bitumineux simplement parce qu’il a affirmé que le socialisme devrait remplacer le capitalisme, il ne fait plus de doute que l’enjeu de cette conférence n’est pas le réchauffement de la planète, mais la destruction du capitalisme.

Fait intéressant, pour produire 1000$ de PIB, le Canada dégage 0,73 tonne de CO2. Pour la même production, le Venezuela dégage 1,04 tonne de CO2.  La Corée du Nord, un autre paradis socialiste, fait osciller la balance à 4,61 tonnes de CO2 par tranche de 1000$ de PIB.

Parions que les chercheurs de l’Université d’East Anglia ont entre les mains une étude qui démontre que le CO2 socialiste est moins dommageable que le CO2 capitaliste…

Et pour ceux qui doutent encore du véritable objectif des écologistes réunis à Copenhague, voici à quoi ressemblent les manifestations en marge du sommet: