Deficits are Bad, but the Real Problem is Spending.

La même logique peut être appliquée aux gouvernements québécois et canadiens: on ne soigne pas un alcoolique en lui payant un verre. Le véritable problème c’est beaucoup plus les dépenses que les déficits.