Antagoniste


16 décembre 2009

Comment soigner un alcoolique Économie En Vidéos États-Unis

Deficits are Bad, but the Real Problem is Spending.

La même logique peut être appliquée aux gouvernements québécois et canadiens: on ne soigne pas un alcoolique en lui payant un verre. Le véritable problème c’est beaucoup plus les dépenses que les déficits.


16 décembre 2009

Payer pour l’Alberta ? Canada Économie Québec

QuébecLa marotte des écolo-catastrophistes québécois en marge du sommet de Copenhague: les cibles de réduction de gaz à effet de serre du fédéral feront en sorte que les Québécois vont payer pour que l’Alberta puisse exploiter ses sables bitumineux.

Il serait bon de rappeler à ces gens que le Québec reçoit 8,34 milliards de dollars en paiements de péréquation du gouvernement fédéral. C’est 13,2% du budget du Québec.  Si l’on tient compte de l’assiette fiscale de l’Alberta, cette province envoie donc tous les ans 1,3 milliard de dollars au Québec.  Autrement dit, chaque année, tous les Albertains (hommes, femmes & enfants) font un chèque de 353 dollars au gouvernement du Québec.  Pour une famille de 4 personnes (2 adultes, 2 enfants), c’est 1 412 dollars !

La majeure partie de cette somme provient de la richesse créée par l’exploitation des sables bitumineux.  Depuis l’adoption de la nouvelle formule de péréquation, qui inclut désormais l’argent provenant des sables bitumineux, les sommes reçues en péréquation par le Québec ont plus que doublé.

Pourtant, je n’ai jamais entendu un seul Québécois dire que la province devrait retourner à Ottawa les milliards de dollars de péréquations provenant de cet « argent sale ».  On aime bien chialer contre l’exploitation pétrolière en Alberta, mais quand vient le temps d’encaisser le chèque, on ne voit personne se plaindre.

Dans mon village natal, on a une expression pour décrire ce genre d’attitude: « donne à manger à un cochon, il viendra chier sur ton perron ».

Le Québec veut imposer des cibles de réduction de gaz à effet de serre à l’Alberta alors en contrepartie, le Québec devrait renoncer à voler les Albertains.   On verra si les Québécois sont toujours aussi « verts » quand l’Alberta fermera le robinet…


16 décembre 2009

Faillibilité papale Coup de gueule Environnement International Revue de presse

The Times Of London

Inconvenient truth for Al Gore as his North Pole sums don’t add up
The Times of London

There are many kinds of truth. Al Gore was poleaxed by an inconvenient one yesterday.

The former US Vice-President, who became an unlikely figurehead for the green movement after narrating the Oscar-winning documentary An Inconvenient Truth, became entangled in a new climate change “spin” row. Mr Gore, speaking at the Copenhagen climate change summit, stated the latest research showed that the Arctic could be completely ice-free in five years.

In his speech, Mr Gore told the conference: “These figures are fresh. Some of the models suggest to Dr [Wieslav] Maslowski that there is a 75 per cent chance that the entire north polar ice cap, during the summer months, could be completely ice-free within five to seven years.”

However, the climatologist whose work Mr Gore was relying upon dropped the former Vice-President in the water with an icy blast. “It’s unclear to me how this figure was arrived at,” Dr Maslowski said. “I would never try to estimate likelihood at anything as exact as this.”