ClimategateImaginez si un hackeur s’introduisait dans les serveurs d’une compagnie pharmaceutique produisant des vaccins contre la grippe H1N1.

Imaginez que ce hackeur découvre des courriels de chercheurs dans lesquels on affirme avoir utilisé une astuce pour masquer la présence d’effets secondaires lors des essais cliniques.

Imaginez que ce hackeur découvre des courriels de chercheurs dans lesquels on déclare qu’il n’existe pas de preuves que le vaccin est efficace.

Imaginez que ce hackeur découvre des courriels de chercheurs dans lesquels on demande aux gens de supprimer des résultats pour les soustraire aux autorités gouvernementales.

Imaginez que ce hackeur découvre des courriels de chercheurs dans lesquels on discute de la stratégie à adopter pour faire taire les gens qui doutent de l’efficacité du vaccin.

Imaginez que ce hackeur découvre que les modèles statistiques utilisés pour compiler les résultats des essais cliniques ont été manipulés pour produire les résultats voulus.

Quelle aurait été selon vous la réaction des médias ?  Les journalistes auraient-ils affirmé que les courriels compromettants étaient « plutôt inoffensifs pour la plupart »Parlerait-on de « pseudo-scandale qui ne réjouit que les sceptiques »Oserait-on dire que « ses échanges s’adressaient à un cercle restreint dont ils n’auraient jamais dû sortir. »Écrirait-on « qu’il n’y a pas grand-chose à tirer de ces documents, au-delà du fait qu’ils ont été obtenus de manière illégale » ?  Résumerait-on cette histoire en disant qu’on a simplement affaire à « quelques pommes pourries » ?

Bien sûr que non.  Si un pareil scandale devait se produire, nous aurions droit, à juste titre, à une véritable tempête médiatique.  On exigerait des réponses, on désignerait des coupables et l’on jetterait un énorme doute sur la pertinence d’une campagne de vaccination massive contre le H1N1.

Alors, si un scandale impliquant une pharmaceutique représente le « jack pot » pour un journaliste, pourquoi sont-ils tous silencieux quand un scandale similaire implique l’industrie du réchauffement climatique ?

Disons simplement qu’un journaliste dénonçant une pharmaceutique peut saisir l’occasion pour faire passer son discours anticapitaliste.   De l’autre côté, si les journalistes attaquaient les apôtres du réchauffement climatique, ils attaqueraient du même coup leur principal pourvoyeur d’arguments anticapitaliste…

Il est plutôt rare de voir un junkie dénoncer son pusher à la police…