Antagoniste


8 novembre 2009

Pandémie médiatique Québec

–Communiqué de presse d’Influence Communication–

La médiatisation de la grippe A-H1N1 depuis 7 jours
Déjà dans le livre des records

Grippe H1N1Le plus récent relevé d’Influence Communication démontre que la médiatisation de la grippe A-H1N1 s’est inscrite parmi les nouvelles les plus citées au Québec sur une période de 7 jours. Au cours de la dernière semaine, 8,06 % de l’actualité québécoise a porté sur le sujet. Pour la période de 2005 à 2009, la grippe A-H1N1 décroche donc la 14e position devant le tsunami survenu le dernier jour de l’année 2004 et devant la mort du Pape Jean-Paul II. C’est un volume 47 % supérieur à celui du Canada anglais et 41 % de plus que la moyenne mondiale.

Ajoutons qu’actuellement 80 % du poids médias de la santé au Québec est occupé par la grippe A-H1N1. Autre particularité du phénomène, l’ensemble des médias à travers le monde traite du dossier dans une perspective locale ou régionale sans accorder vraiment d’intérêt aux mesures et actions prises dans les autres pays.

Source:
Influence Communication
Influence Communication


8 novembre 2009

Double standard États-Unis Hétu Watch Terrorisme

MédiasVous vous rappelez la fusillade au musée de l’holocauste cet été ?  À l’époque, les médias avaient été très rapides sur la gâchette pour blâmer Fox News et les « Tea Parties ».  Accusation assez ridicule quand on sait que le tueur en question projetait aussi de s’attaquer à des personnalités de Fox News.

Jeudi dernier, quand Nidal Malik Hasan a assassiné 13 personnes à Fort Hood, les médias ont fait preuve de beaucoup plus retenu.  Personne n’a osé parler d’un geste terroriste imputable à un fondamentaliste musulman.

Il est assez fascinant d’analyser le comportement des médias dans ces 2 affaires; quand le tueur est un caucasien, ils s’empressent de blâmer la droite, quand le tueur est un islamiste, ils s’empressent de blâmer…  personne !

Passons aussi sous silence le rapport du Department of Homeland Security qui affirmait que les libertariens étaient les terroristes les plus dangereux sur le sol américain…


8 novembre 2009

Irréaliste Économie Environnement International

Newsweek

We Can’t Get There From Here
Newsweek

The world used 14 trillion watts (14 terawatts) of power in 2006. Assuming minimal population growth (to 9 billion people), slow economic growth (1.6 percent a year, practically recession level) and—this is key—unprecedented energy efficiency (improvements of 500 percent relative to current U.S. levels, worldwide), it will use 28 terawatts in 2050. (In a business-as-usual scenario, we would need 45 terawatts.) Simple physics shows that in order to keep CO2 to 450 ppm, 26.5 of those terawatts must be zero-carbon.

That’s a lot of solar, wind, hydro, biofuels and nuclear, especially since renewables kicked in a measly 0.2 terawatts in 2006 and nuclear provided 0.9 terawatts. Are you a fan of nuclear? To get 10 terawatts, less than half of what we’ll need in 2050, Lewis calculates, we’d have to build 10,000 reactors, or one every other day starting now. Do you like wind? If you use every single breeze that blows on land, you’ll get 10 or 15 terawatts. Since it’s impossible to capture all the wind, a more realistic number is 3 terawatts, or 1 million state-of-the art turbines, and even that requires storing the energy—something we don’t know how to do—for when the wind doesn’t blow. Solar? To get 10 terawatts by 2050, Lewis calculates, we’d need to cover 1 million roofs with panels every day from now until then. “It would take an army,” he says.