Ainsi parlait Richard Bergeron, le 3e candidat à la mairie de Montréal, sur les ondes de RDI en 1999:

Ainsi parlait Richard Bergeron, le 3e candidat à la mairie de Montréal, dans son livre Les Québécois au volant c’est mortel, publié en 2005:

Richard Bergeron« Personne ne sait ce qui s’est réellement passé le 11 septembre 2001. Nous avons tous vu à satiété deux avions de ligne percuter les tours jumelles du World Trade Center à New York. C’est bien là le seul événement dont nous soyons sûrs. Quant aux raisons qui ont motivé cet acte, elles nous demeurent inconnues. Pour ce qui est des deux autres avions qui se seraient écrasés l’un sur le Pentagone, à Washington, l’autre dans un champ, non loin de Pittsburg, en Pennsylvanie, on tombe à mon sens dans la farce macabre. Chacun a pu vérifier à des dizaines de reprises qu’un écrasement d’avion, de quelque façon qu’il se produise, produit toujours une abondance de débris. Or, ni au Pentagone ni en Pennsylvanie, personne n’a jamais vu le moindre débris a avion. Je suis personnellement du genre à ne pas croire que des avions de 60 tonnes puissent se volatiliser. II se peut que ce fameux 11 septembre 2001, nous ayons simplement été témoins d’un acte de banditisme d’État aux proportions titanesques. Toujours est-il que les événements survenus en cette journée fatidique ont procuré aux mafias entourant George W. Bush un prétexte pour s’emparer une fois pour toutes des réserves pétrolières du golfe Persique. L’Afghanistan et l’Irak ont été envahis et se retrouvent sous occupation militaire américaine permanente. Ce qui procure deux solides bases à partir desquelles surveiller et éventuellement envahir les autres pays de la région, à commencer par la Syrie, l’Iran et l’Arabie Saoudite. Bref, ce que Bush père avait commencé, Bush fils l’a complété. Quant à Saddam Hussein, il faudra penser à le remercier d’avoir joué avec autant de talent et durant si longtemps le rôle de l’idiot de service. »

Richard Bergeron, Les Québécois au volant c’est mortel, Les Intouchables, 2005, p.104-105.

Gérald Tremblay, Louise Harel, Richard Bergeron… Les Montréalais ont vraiment l’embarras du choix pour savoir pour qui ne pas voter ce dimanche…