Antagoniste


15 octobre 2009

Option consommateurs Économie Gauchistan Québec

Liberté de choixJ’ai été surpris d’apprendre cette semaine qu’il n’existait pas de véritables mécanismes de libre-échange entre les provinces canadiennes.  La situation est franchement ironique, le Québec négocie actuellement une entente de libre-échange avec l’Europe au moment même où le commerce avec le reste du Canada n’est pas libre.  Heureusement, les premiers ministres des provinces canadiennes ont décidé de remédier à cette lacune en négociant l’Accord de commerce intérieur.

Mais cet accord ne fait pas l’affaire de tout le monde.  Il y a bien sûr les agriculteurs québécois, ces éternels braillards qui, au fil des ans, ont délaissé le labourage de la terre pour se consacrer au labourage du portefeuille des contribuables.  Mais j’ai été surpris d’apprendre que l’organisme Option Consommateurs s’opposait aussi à la signature de cet accord de libre-échange. Quelle ironie, un organisme ayant pour nom Option Consommateurs qui désire réduire les options des consommateurs québécois !

Les opposants à l’Accord de commerce intérieur font valoir que cette entente pourrait affaiblir les normes très strictes de mise en marché des aliments au Québec.  Moi je ne vois pas de problème: si ces normes ajoutent une plus value aux aliments et ne sont pas simplement des règles ayant pour but de favoriser certains intérêts corporatistes, les producteurs ne doivent pas avoir peur de la compétition.

Par exemple au Québec, la loi oblige les producteurs de yogourts à utiliser du lait frais.  Avec l’accord de libre-échange, on pourra désormais retrouver sur nos tablettes d’épicerie des yogourts fabriqués à partir de protéines laitières.  Si le produit à base de lait frais est véritablement de qualité supérieure, les gens vont continuer à en acheter même s’il est plus cher.  Si le produit vendu est de qualité, pourquoi craint-on autant la compétition ?  De plus, si ce produit possède un attrait particulier, alors on aura désormais la possibilité de l’exporter à la grandeur du Canada !

Est-ce que les producteurs québécois ont peurs du libre-échange parce qu’ils savent qu’ils ont besoin d’avoir un monopole pour nous vendre des produits au rapport/qualité prix discutable ?

Aux États-Unis, il a été démontré que les accords de libre-échange ont permis de multiplier par 4 la variété des produits offerts aux consommateurs.   En s’opposant l’Accord de commerce intérieur, Option Consommateurs veut réduire l’éventail de choix des consommateurs québécois.  Bref au lieu de défendre les consommateurs, Option Consommateurs défend plutôt les intérêts corporatistes de ceux qui veulent nous exploiter par le biais de leur monopole.


15 octobre 2009

Le chemin de la liberté (IV) Économie En Chiffres En Vidéos International

L’Institut Fraser a publié le mois dernier son classement 2009 des économies les plus libres de la planète. Tout au long de la semaine, je publierai une série de billets sur les faits saillants de cette étude.

Est-ce que vivre dans une économie néolibérale signifie une érosion du pouvoir des citoyens au profit du grand capital ?

Pas du tout, c’est même le contraire:

Capitalisme

Capitalisme

Complément d’information, gracieuseté de Milton Friedman:


La liberté
envoyé par TheEconomist

Source:
Fraser Institute
Economic Freedom of the World 2009 Annual Report


15 octobre 2009

Nouvelle énergie Économie International Revue de presse

Daily Telegraph

Energy crisis is postponed as new gas rescues the world
The Daily Telegraph

America is not going to bleed its wealth importing fuel. Russia’s grip on Europe’s gas will weaken. Improvident Britain may avoid paralysing blackouts by mid-decade after all. Engineers have performed their magic once again. The world is not going to run short of energy as soon as feared.

Advances in technology for extracting gas from shale and methane beds have quickened dramatically, altering the global balance of energy faster than almost anybody expected.

Tony Hayward, BP’s chief executive, said proven natural gas reserves around the world have risen to 1.2 trillion barrels of oil equivalent, enough for 60 years’ supply – and rising fast. « There has been a revolution in the gas fields of North America. Reserve estimates are rising sharply as technology unlocks unconventional resources, » he said.

« The common wisdom was that unconventional gas was too difficult, too expensive and too demanding, » he said, according to Petroleum Economist. « This has changed. If we ever doubted that gas was the fuel of the future – in many ways there’s the answer. »