Big BrotherEn ce moment, le gouvernement québécois est en train de mettre sur pied une campagne massive de vaccination contre la grippe H1N1.  Pourtant tous les jours de plus en plus de gens se questionnent sur le bien-fondé de cette mesure; plusieurs personnes dans mon entourage m’ont dit qu’il ne se ferait pas vacciner.

Ce scepticisme à l’égard de la campagne de vaccination n’est pas anodin, c’est un symbole de la perte de confiance, toujours grandissante, de la population envers ses élus.  Il est fini le temps où le gouvernement donnait des ordres à une population servile.

Depuis le début des années 2000, les gouvernements se sont amusés à nous faire peur: le bogue de l’an 2000, le terrorisme, l’anthrax, la vache folle, la fièvre aphteuse, le réchauffement climatique, la grippe aviaire et maintenant la grippe porcine.  À chaque fois, on a crié « au loup » pour rien.

Aux campagnes de peur, il faut ajouter les cas de corruption qui se sont multipliés, l’influence des lobbys qui va en augmentant, les relations toujours plus étroites entre le pouvoir politique et les grandes corporations et les conflits d’intérêts qui sont devenus omniprésents.

L’accumulation de ces histoires d’horreur a fait en sorte qu’on ne croit plus nos politiciens.  On ne les croit plus quand ils disent qu’une pandémie nous guette et on les croit encore moins quand ils nous disent que le vaccin approuvé en toute hâte sera sans danger.

Vous ferez-vous vacciner contre la grippe H1N1 ? Moi je passerai mon tour, car je ne crois plus ce que les gouvernements me racontent.

Allez-vous recevoir le vaccin contre la grippe H1N1 ?

Loading ... Loading ...