Antagoniste


29 septembre 2009

Tout un investissement ! Canada Économie Gauchistan Récession

Keynésianisme

Selon Stephen Harper, les 29 milliards de dollars de son plan de relance économique vont « sauver ou créer » (whatever that means) 220 000 emplois. Autrement dit, chaque emploi « sauvé ou créé » va coûter aux Canadiens… 131 818$ !

Au Canada, le salaire moyen d’un ouvrier de la construction qui travaillerait 52 semaines par année est de 52 754$. Du côté de l’industrie automobile, le salaire moyen d’un ouvrier qui travaillerait 52 semaines par année est de 72 534$.

Bref, plutôt que de « sauver ou créer » des emplois dans le secteur de la construction et de l’automobile, il aurait été moins dispendieux de payer directement les ouvriers. Vive le keynésianisme !


29 septembre 2009

L’imposteur Coup de gueule Gauchistan Québec

LibertéDepuis le décès de Pierre Falardeau, ils sont nombreux à dire que ce « grand patriote » s’est battu corps et âme pour libérer le Québec.  Dans la réalité, le cinéaste et polémiste n’a été qu’un imposteur.

Pierre Falardeau ne voulait pas libérer les Québécois, il voulait simplement passer de la domination d’un gouvernement à celle d’un autre gouvernement.  Falardeau voulait réaliser l’indépendance pour rendre le Québec encore plus socialiste; au lieu de nous faire voler par Ottawa, nous aurions eu la chance de nous faire exploiter par un État québécois devenu hyper-interventionniste.

Falardeau ne voulait pas l’indépendance pour abolir les pouvoirs du gouvernement fédéral, mais pour les rapatrier (14 min. 30 sec. de l’extrait).  Dans le Québec indépendant de Falardeau, seule la nomenklatura aurait gagné de nouvelles libertés: la liberté de rançonner la population au nom d’un idéal nationalo-égalitaro-collectiviste.

Le combat de Pierre Falardeau n’a été qu’une vaste supercherie.  Il ne voulait pas briser nos chaînes, il désirait simplement changer l’identité des geôliers.


29 septembre 2009

Top 10 Qc/Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (22-28 septembre) selon Influence Communication:

Actualité Québécoise

Actualité Canadienne

Source:
Influence Communication
Influence Communication


29 septembre 2009

Un remède pire que le mal Économie Environnement International Revue de presse

The Washington Post

Costly Carbon Cuts
The Washington Post

Imagine for a moment that the fantasists win the day and that at the climate conference in Copenhagen in December every nation commits to reductions designed to keep temperature increases under 2 degrees Celsius. The result will be a global price tag of $40 trillion in 2100, to avoid expected climate damage costing just $1.1 trillion, according to climate economist Richard Tol, a contributor to the Intergovernmental Panel on Climate Change.

Yet the real tragedy is that, by exaggerating the threat of global warming, we have awoken the beast of protectionism. Global warming has given them a much stronger voice. Already, politicians are responding — and using the fear of global warming to create « green fences » against free trade.

This is a massive mistake. Economic models show that the global benefits of even slightly freer trade are in the order of $50 trillion — 50 times more than we could achieve with carbon cuts. If trade becomes less free, we could easily lose $50 trillion. Poor nations — the very countries that will experience the worst of climate damage — would suffer most.

In other words: In our eagerness to avoid about $1 trillion worth of climate damage, we are being asked to spend at least 50 times as much — and, if we hinder free trade, we are likely to heap at least an additional $50 trillion loss on the global economy. To put it bluntly: Despite their good intentions, the activists, lobbyists and politicians making a last-ditch push for hugely expensive carbon-cut promises could easily end up doing hundreds of times more damage to the planet than coal ever could.