Antagoniste


21 septembre 2009

Big Oil & Big Government Économie International

Big Oil & Big GovernmentPour beaucoup de gens, les compagnies pétrolières représentent l’une des manifestations la plus hideuse qui soit du capitalisme.  Par conséquent, la nationalisation de l’or noir a toujours été vue favorablement par la population.

Pourtant, 80% des réserves mondiales de pétrole et 15 des 20 plus grosses compagnies pétrolières de la planète sont déjà la propriété des gouvernements.

De plus, entre 2004 et 2008, les pays du G-7 ont récolté en moyenne 684 milliards $/année en taxes sur l’essence. Durant la même période, la vente de pétrole par les pays de l’OPEP a généré des revenus moyens de 669 milliards $/année.  En guise de comparaison, les 5 plus grosses compagnies pétrolières américaines ont enregistré un profit moyen de 64 milliards $/année durant ce laps de temps.

Le marché du pétrole, c’est plus une affaire d’étatisme que de capitalisme.


21 septembre 2009

L’économie du pétrole Économie En Chiffres Environnement États-Unis

Depuis 1973 ans, le PIB des États-Unis a augmenté de 115% et la consommation de pétrole (énergie primaire) n’a augmenté que de 7%. Conclusion, on fait plus avec moins:

Pétrole

Si l’on tient compte des variations du prix du baril, voici les sommes qui sont consacrées à l’achat de pétrole pour produire 1 million de dollars de PIB depuis 1973:

Pétrole

Entre 2003 et 2008, le prix du baril de pétrole a augmenté de 188%.  Durant la même période, la croissance des dépenses en pétrole pour produire 1 million de dollars de PIB a été moins rapide; celles-ci ont crû de 150%.

Source:
EIA
Monthly Energy Review: Energy Overview


21 septembre 2009

Ce n’est pas fini… Économie États-Unis Récession Revue de presse

The Washington Post

Mortgage Market Bound by Major U.S. Role
The Washington Post

The government’s newly dominant role — nearly 90 percent of all new home loans are funded or guaranteed by taxpayers — has far-reaching consequences for prospective home buyers and taxpayers.

Some people who are no longer eligible for loans elsewhere have turned to the Federal Housing Administration [FHA], which does not demand top-notch credit scores or sizable down payments. There is growing evidence that many loans being guaranteed by the government have a significant risk of defaulting. Delinquencies are spiking. And the FHA is quickly eating through its financial cushion as losses mount.

The outlay has already reached about $1 trillion over the past year and is rising. During that time, the government has pumped more money into the mortgage market than has been spent on Medicare or Social Security or the defense budget, more even than Washington has paid to bail out banks and other struggling companies.

All told, the government now stands behind 86 percent of all new home loans, up from about 30 percent just four years ago, according to Inside Mortgage Finance. Taxpayers could be hit with a staggering tab even if a small proportion of loans go bad. Fannie and Freddie now own or guarantee more than $5 trillion in home loans. (That equals two-thirds of the debt the U.S. government owes.)