Antagoniste


11 septembre 2009

La mémoire (sélective) des journalistes Coup de gueule États-Unis Hétu Watch

PropagandeLes médias québécois ont été très rapides sur la gâchette pour condamner Joe Wilson, ce congressman républicain qui a interrompu le discours de Barack Obama devant le Congrès en le traitant de menteur.

Selon nos bons médias, c'était du jamais vu dans l'histoire des États-Unis.  Selon eux, jamais de mémoire d'homme on n'avait vu un politicien manquer de respect au président en pareille circonstance (ici, ici & ici).

Les médias ont la mémoire très courte, parce que la même chose est arrivée à George Bush à 2 reprises, soit en 2005 et 2006.  À chaque fois, le président défendait son plan de privatisation du régime de retraite.

Le plus ironique dans cette histoire c'est qu'Obama a bel et bien menti dans son discours alors que Bush disait la vérité.  M'enfin, si nos médias sont incapables de se rappeler ce qui s'est passé en 2006, ne comptez pas sur eux pour départager le vrai du faux.


11 septembre 2009

Le fanatisme glacial En Citations Philosophie Québec Terrorisme

René Lévesque

Voici un texte qui mériterait d’être lu lors du « Moulin à Paroles ». La déclaration de René Lévesque faite dans sa chronique du Journal de Montréal le lendemain de l’exécution de Pierre Laporte par le FLQ:

« Ceux qui, froidement et délibérément, ont exécuté M. Laporte, après l’avoir vu vivre et espérer pendant tant de jours, sont des êtres inhumains. Ils ont importé ici, dans une société qui ne le justifie absolument pas, un fanatisme glacial et des méthodes de chantage à l’assassinat qui sont celles d’une jungle sans issue. […] S’ils ont vraiment cru avoir une cause, ils l’ont tué en même temps que Pierre Laporte , et en se déshonorant ainsi, ils nous ont tous plus ou moins éclaboussés. Un assassinat demeure toujours un assassinat. Quels que soient les motifs qui font qu’un assassinat est commis, quelles que soient les personnes qui le commettent, un assassinat demeure un assassinat. Pierre Laporte a été assassiné. Nous condamnons avec véhémence cet acte barbare. »


11 septembre 2009

Je me souviens Coup de gueule En Vidéos Gauchistan Québec Terrorisme

Les défenseurs du « Moulin à Paroles » affirment que cette manifestation a pour but « d’évoquer notre histoire » et de nous « redonner une mémoire« .

Alors, j’y vais de ma modeste contribution en me permettant « d’évoquer l’histoire » du FLQ dans le but de nous « redonner une mémoire » sur ce groupe terroriste qui incarne une période honteuse de notre passé:

Je me souviens…


11 septembre 2009

Les promesses s’envolent, mais les actions restent… Coup de gueule Économie États-Unis Hétu Watch Revue de presse

The Washington Times

Obama nominee omitted ties to biotech
The Washington Times

President Obama’s nominee at the Department of Homeland Security overseeing bioterrorism defense has served as a key adviser for a lobbying group funded by the pharmaceutical industry that has asked the government to spend more money for anthrax vaccines and biodefense research.

But Dr. Tara O’Toole, whose confirmation as undersecretary of science and technology is pending, never reported her involvement with the lobbying group called the Alliance for Biosecurity in a recent government ethics filing. The alliance has spent more than $500,000 lobbying Congress and federal agencies — including Homeland Security — since 2005, congressional records show.

Homeland Security officials said Dr. O’Toole need not disclose her ties to the group on her government ethics form because the alliance is not incorporated.

Analysts say the lack of disclosure reflects a potential loophole in the policies for the Obama administration, which has boasted about its efforts to make government more transparent. They also question lobbying laws that allow such a group to spend hundreds of thousands of dollars without the public knowing exactly how much money each of the companies that belongs to the group contributes, though such arrangements are permitted under the law.

Craig Holman, legislative director of the nonpartisan watchdog group Public Citizen, said the lack of disclosure « definitely and clearly runs counter to the intent of the law. »