Glenn BeckGlenn Beck a démarré le bal en exposant le passé troublant de Van Jones, le "tsar de l'économie verte" de Barack Obama.  Il a ensuite demandé à ses fans de prendre la relève et chercher des éléments d'information susceptibles d'exposer l'agenda radical de ce membre de l'Administration Obama.

Les blogueurs ont répondu avec enthousiasme et dans les semaines qui ont suivi, plusieurs faits nouveaux ont été rendus publics (ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici et ici).

C'est finalement le blogue "Gateway Pundit" qui a été en mesure de dénicher le scoop qui allait se révéler fatal en apportant la preuve que Van Jones avait signé une pétition accusant l'Administration Bush d'être impliquée dans les attentats du 11 septembre.  Deux jours plus tard, Van Jones était "démissionné" de son poste par la Maison-Blanche.

Le plus remarquable dans cette histoire ? Jamais les médias traditionnels ne se sont intéressés à cette affaire.  Ceux-ci ont commencé à parler de l'affaire Van Jones uniquement quand le "tsar" fut contraint de quitter son poste.  À ce stade, les médias ne pouvaient plus faire comme si cette nouvelle n'existait pas.

Bref, malgré le silence médiatique, la blogosphère a été en mesure d'obtenir la démission d'un type qui administrait un portefeuille de 60 milliards de dollars.

Pourquoi les médias américains sont-ils en faillites ?  Parce que la compétition, la blogosphère, fait une meilleure job.

MISE-À-JOUR

Glenn Beck à propos du silence des médias traditionnels dans l'affaire van Jones: