Barack ObamaLors de sa visite en Afrique, Barack Obama a fait un discours remarqué au Ghana.

Dans ce discours, Barack Obama a affirmé que les Africains devaient créer de la richesse en augmentant leurs exportations agricoles.  Pourtant, l'an dernier, Barack Obama a approuvé la mise en place d'un nouveau "Farm Bill" qui accordera aux agriculteurs américains 288 milliards de dollars en subventions (John McCain et George Bush étaient contre le Farm Bill).

Dans ce discours, Barack Obama a affirmé que les investisseurs seraient réticents à investir en Afrique tant et aussi longtemps que les gouvernements s'approprieraient 20% des revenus des corporations s'étant établies sur leur territoire.  Pourtant, aux États-Unis, l'impôt sur les corporations s'élève à 40%.

Dans ce discours, Barack Obama a affirmé que les dirigeants africains devaient protéger les "whistle-blowers" pour augmenter la responsabilité, la transparence et ll'imputabilité de la classe politique.  Pourtant, le mois dernier, Barack Obama a congédié illégalement pour des motifs bidon un vérificateur général qui enquêtait sur les magouilles financières d'un de ses alliés politiques.