Antagoniste


5 juillet 2009

La magie souverainiste Canada Coup de gueule Économie Environnement Québec

Gilles Duceppe

-

Selon Gilles Duceppe l'exploitation des sables bitumineux est contraire aux intérêts du Québec parce que l'activité de cette industrie est incompatible avec le protocole de Kyoto. Par conséquent, le chef du Bloc Québécois considère que l'exploitation des sables bitumineux en Alberta représente une raison de plus de faire la souveraineté.

C'est bien connu. Lorsque le Québec sera souverain, les gaz à effet de serre produit par l'Alberta vont disparaître comme par magie !


5 juillet 2009

Choisir ses amis En Images États-Unis Iran Terrorisme

Pendant que Barack Obama agit comme si le Honduras était une colonie américaine, le président démocrate conspire pour que les discussions sur la mise en place de nouvelles sanctions contre l'Iran soient retirées de l'ordre du jour du sommet du G8 qui se déroulera cette semaine en Italie. Ces sanctions étaient l'un des principaux items à l'agenda du sommet.

Barack Obama


5 juillet 2009

Quand l’État investit comme Madoff Économie États-Unis Récession Revue de presse

The Washington Post

-

Uncertainty Clouds Recovery of U.S. Investment in GM
The Washington Post

If a new General Motors emerges from bankruptcy as planned, U.S. financial aid for the company will expand to nearly $50 billion, but neither the government nor the company is forecasting how much of the public money will be repaid.

It’s sure to be a stretch. For the United States to fully recover its investment, the value of General Motors stock will have to reach levels it has never before attained.

« I’m not going to predict it — that’s not my job today, » GM chief executive Fritz Henderson said in a recent interview.

« I don’t know how much we’re going to recover, » a senior Obama administration official said as the company headed into bankruptcy last month.

This uncertainty stems from the difficulty in valuing the 60 percent GM stake that the United States will receive in exchange for the public investment. The government also gets preferred shares and other compensation. The stake will be worth enough to fully cover the government’s direct investment only if GM’s stock rises above $68 billion. Even at its recent 2000 peak, GM’s stock was worth only $56 billion.