Antagoniste


16 juillet 2009

Pause estivale

C'est la faute au réchauffement climatique !

De retour le 2 août !


16 juillet 2009

Mauvaise compréhension à un vrai problème Économie Québec

Éric Caire, candidat à la course à la direction de l'ADQ, rejette catégoriquement la proposition de Jean-François Plante à propos de l'instauration d'une "flat tax".  Selon le député de La Peltrie, cette réforme fiscale ne serait pas applicable au Québec.  Bref, seuls les Albertains sont assez intelligents pour avoir une “flat tax”, ici on serait trop bête…

Éric Caire a une conception erronée de la "flat tax".  Cette réforme fiscale ne vise pas simplement à avoir un taux unique d'imposition, mais elle implique aussi l'élimination de tous les crédits d'impôt qui influencent nécessairement le taux final d'imposition.  Fini les échappatoires fiscales utilisées par les politiciens pour acheter des votes et faire plaisir à leurs amis.  Fini la bureaucratie qui ne sert qu'à gérer ce système complexe de déduction.

Voici à quoi ressemblerait un rapport d'impôt avec une "flat tax":

Formulaire pour les individus:
Flat Tax

Formulaire pour les corporations:
Flat Tax

Éric Caire s'inquiète aussi des possibles conséquences négatives de la "flat tax" sur la classe moyenne.  Premièrement, il faut savoir qu'au Québec, 70% des impôts prélevés par le gouvernement proviennent des 20% des contribuables avec le plus haut revenu.  La classe moyenne n'est pas celle qui est la plus exploitée par le gouvernement.

De plus, contrairement à ce qu'affirme Éric Caire, une "flat tax" ne serait pas uniquement avantageuse pour les contribuables les plus aisés.  Voici une discussion entre Russ Robert (George Mason University) Alvin Rabushka (Stanford University's Hoover Institution) à ce sujet:

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

À lire aussi la note de l'Institut Économique de Montréal sur la "flat tax": L’impôt à taux unique : pour un régime fiscal plus équitable et efficace.


16 juillet 2009

Panne sèche Économie Environnement États-Unis Revue de presse

Wall Street Journal

-

State’s Renewable-Energy Focus Risks Power Shortages
The Wall Street Journal

California officials are beginning to worry that the state’s focus on transitioning to renewable-energy sources could lead to power shortages in the near term.

The state has been so keen to develop renewables that relatively few conventional power generators, such as gas-fired plants, have been built lately. That risks a possible energy shortfall in certain places if the economy rebounds any time soon.

California’s utilities are barreling ahead to try to meet a state mandate to garner 33% of their power from renewable sources by 2020, and some officials are concerned the effort might push up electricity prices and crimp supplies.

State energy agencies recently concluded it could cost $114 billion or more to meet the 33% mandate, more than double what it might have cost to achieve an earlier 20% requirement. Consumers will bear those costs, one way or another.


15 juillet 2009

Charité bien ordonnée Économie États-Unis Europe Récession

Philantropie

Quel a été l'effet de la récession sur l'activité philanthropique ? Depuis le début du ralentissement économique, 26% des philanthropes américains et britanniques donnant au moins 1 million de dollars à des oeuvres caritatives ont augmenté le montant de leurs contributions. Seulement 23% ont décidé de réduire leurs dons aux organismes de bienfaisance.

Source:
Barclays Wealth
Wealthy becoming increasingly active philanthropists despite downturn


15 juillet 2009

Quand les juges jouent au sociologue Coup de gueule États-Unis Hétu Watch

Déclaration de Sonia Sotomayor, candidate pressentie pour assurer le rôle de juge à la Cour suprême des États-Unis:

Sonia Sotomayor

-

« I would hope that a wise Latina woman with the richness of her experiences would more often than not reach a better conclusion than a white male who hasn’t lived that life. »

Imaginez si un homme blanc, ayant été sélectionné par le président pour devenir juge à la Cour suprême, avait déclaré: « I would hope that a wise caucasian man with the richness of his experiences would more often than not reach a better conclusion than a black women who hasn’t lived that life ». Cette personne aurait, avec raison, été cataloguée de raciste indigne d’occuper la fonction de juge pour le plus haut tribunal du pays.

Quand on se présente dans un tribunal, on veut être jugé en fonction des faits et de la loi, pas sur la couleur de notre peau.

Qu’un juge soit blanc, noir, jaune ou mauve, son travail ne consiste pas à réécrire les lois en fonction de ses expériences ou de ses sensibilités personnelles. Le travail d’un juge se limite à appliquer les lois de manière impartiale sans égard à ses opinions. Si les juges décident de réécrire les lois en fonction de leur expérience, alors chaque personne sera jugée différemment en fonction du magistrat qui entend sa cause. Dans une pareille « tour de Babel juridique », c’est tout l’appareil judiciaire qui sera discrédité parce que les gens ne sauront jamais sur quel pied danser: ce qui est légal pour un juge pourrait bien être illégal pour un autre.

Mais allez savoir pourquoi, au Hétutistan on semble incapable de comprendre ce principe fondamental.

Voici la défense assez pathétique offerte par Sonia Sotomayor devant le sénat américains au sujet de son manque d’impartialité avoué:


15 juillet 2009

Billets verts Économie Environnement États-Unis Revue de presse

The New York Times

-

Use Energy, Get Rich and Save the Planet
The New York Times

The richer everyone gets, the greener the planet will be in the long run. I realize this prediction seems hard to believe when you consider the carbon being dumped into the atmosphere today by Americans, and the projections for increasing emissions from India and China as they get richer.

Those projections make it easy to assume that affluence and technology inflict more harm on the environment. But while pollution can increase when a country starts industrializing, as people get wealthier they can afford cleaner water and air. They start using sources of energy that are less carbon-intensive — and not just because they’re worried about global warming. The process of “decarbonization” started long before Al Gore was born.

In general, richer is eventually greener. As incomes go up, people often focus first on cleaning up their drinking water, and then later on air pollutants like sulfur dioxide.

As their wealth grows, people consume more energy, but they move to more efficient and cleaner sources — from wood to coal and oil, and then to natural gas and nuclear power, progressively emitting less carbon per unit of energy. This global decarbonization trend has been proceeding at a remarkably steady rate since 1850, according to Jesse Ausubel of Rockefeller University and Paul Waggoner of the Connecticut Agricultural Experiment Station.


14 juillet 2009

Médecine socialiste (XI) Canada Économie En Vidéos États-Unis Hétu Watch Québec

Steven Crowder de Pajama Media s'est rendu au Québec pour constater les immenses bienfaits de notre système de santé socialiste, un must-see qui devrait faire réfléchir les Américains:

Pour ceux qui pensent que le système de santé québécois/canadien pourrait être plus efficace s'il était mieux financé, considérez ceci.

Au Québec, le gouvernement provincial dépense 2 314$ en soins de santé par habitant (US $, PPA). La Norvège est le pays industrialisé qui dépense le plus par habitant en soins de santé. Dans ce pays la facture s’élève à 4 005$ (US $, PPA).

Malgré des dépenses qui sont presque 2 fois supérieures à celles du Québec, les hôpitaux norvégiens sont sous-financés, sous-équipés et les listes d’attente s’allongent. De plus, malgré l’injection massive de deniers publics dans le système de santé norvégien, celui-ci est toujours considéré comme inéquitable.

Voilà ce qui arrive quand des bureaucrates dépensent votre argent: on le gaspille.

Série de billets à lire sur le même sujet: Médecine Socialiste

H/T: derteilzeitberliner


14 juillet 2009

Top 5 Qc/Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l'actualité québécoise et canadienne (6-13 juillet) selon Influence Communication:

L'hommage à Michael Jackson, 2e depuis le début de l'année

Sur 7 jours, la nouvelle est la 2e nouvelle la plus médiatisée au Québec depuis le début de l'année.  La mort de Jean-Paul II avait obtenu un poids médias de 8,11 % sur une semaine en 2005. En comparaison, la mort du chanteur a occupé 8,13 % la semaine dernière.

Actualité Québec

Et pendant ce temps au Canada anglais:

Actualité Canada

Nouvelles les plus médiatises sur 7 jours depuis le début de l'année:

  1. Assermentation de Barack Obama (2009-01-20/2009-01-26): 18,97%
  2. Hommage à Michael Jackson (2009-07-07/2009-07-13): 8,13%
  3. Crise chez le Canadien de Montréal avec Kovalev et les frères Kostityn (2009-02-17/2009-02-23): 7,58%
  4. Visite de Barack Obama (2009-02-17/2009-02-23): 7,55%
  5. Grippe H1N1 (2009-04-28/2009-05-04): 7,29%
  6. Budget fédéral (2009-01-27/2009-02-02): 6,52%
  7. Caisse de Dépôt (2009-02-24/2009-03-02): 6.24%
  8. Congédiement de Guy Carbonneau (2009-03-10/2009-03-16): 5,78%
  9. Crise financière (2009-04-28/2009-05-04): 4,52%
  10. Rumeurs au sujet de Vincent Lecavalier (2009-01-13/2009-01-19): 4,14%

Source:
Influence Communication
Influence Communication


14 juillet 2009

Règle d’or Économie États-Unis Récession Revue de presse

Wall Street Journal

-

Catching The Gold Bug
The Wall Street Journal

More and more investors are acquiring physical gold, or bullion, in the form of small bars the size of iPhones or coins like American Eagles and South African Krugerrands. Individuals’ bullion purchases almost doubled last year, amid apocalyptic panic over the financial system, to 862 metric tons.

Lately, that panic-driven demand has given way to a more subdued, yet still potent, fear that stocks will suffer as the recession grinds on for a long time, so gold makes sense. At the same time, there’s a rising anxiety about inflation among people like Dr. Van Steyn, resulting from the Obama administration’s massive stimulus spending.

Although gold buying by investors has fallen from it 2008 peak, it is still high. The first quarter’s 130 metric tons is 50% higher than this decade’s average quarterly volume, and analysts say sales for the rest of this year should remain strong.

While gold use for industrial and jewelry purposes is way down because of the recession, robust investor demand has kept prices aloft. In April, when talk of inflation resurfaced, gold prices climbed over $900 per ounce, hitting $983 in early June. It has since drifted down to $909, thanks to such factors as India’s recent doubling of import taxes on gold. For much of the last decade, though, gold has been on a tear, with prices tripling since 2002. Over that time, the Dow Jones Industrial average is down 10%.


13 juillet 2009

Relance asymétrique Économie États-Unis Récession

Keynésianisme

-

Les circonscriptions électorales (counties) qui ont voté pour Barack Obama lors de la dernière élection ont reçu du plan de relance 69$/habitant. Les circonscriptions qui ont voté pour John McCain ont dû se contenter de 34$/habitant.

De deux choses l'une: soit l'Administration Obama récompense ceux qui ont voté "du bon bord", soit l'économie se porte plus mal et nécessite une aide plus importante dans les circonscriptions où l'on vote à gauche.

Source:
USA Today
Billions in aid go to areas that backed Obama in '08


13 juillet 2009

Talking is cheap Économie États-Unis Hétu Watch International

Barack ObamaLors de sa visite en Afrique, Barack Obama a fait un discours remarqué au Ghana.

Dans ce discours, Barack Obama a affirmé que les Africains devaient créer de la richesse en augmentant leurs exportations agricoles.  Pourtant, l'an dernier, Barack Obama a approuvé la mise en place d'un nouveau "Farm Bill" qui accordera aux agriculteurs américains 288 milliards de dollars en subventions (John McCain et George Bush étaient contre le Farm Bill).

Dans ce discours, Barack Obama a affirmé que les investisseurs seraient réticents à investir en Afrique tant et aussi longtemps que les gouvernements s'approprieraient 20% des revenus des corporations s'étant établies sur leur territoire.  Pourtant, aux États-Unis, l'impôt sur les corporations s'élève à 40%.

Dans ce discours, Barack Obama a affirmé que les dirigeants africains devaient protéger les "whistle-blowers" pour augmenter la responsabilité, la transparence et ll'imputabilité de la classe politique.  Pourtant, le mois dernier, Barack Obama a congédié illégalement pour des motifs bidon un vérificateur général qui enquêtait sur les magouilles financières d'un de ses alliés politiques.


13 juillet 2009

Arme de destruction massive Économie États-Unis Récession Revue de presse

The Financial Times

-

Deficit disorder
The Financial Times

The Congressional Budget Office, a nonpartisan watchdog, forecasts that the US will post deficits in excess of a trillion dollars in each of the next 10 years. Even on its relatively optimistic assumptions for economic growth, moreover, the CBO predicts national debt will double to 82 per cent of GDP in the next decade – a level not seen since the second world war. This would push the US close to the chronic debt levels seen in Japan and Italy.

Once merely a worthy subject of concern, America’s fiscal outlook has rapidly become the object of widespread alarm. “Aside from weapons of mass destruction and terrorism, America’s fiscal situation is the most dangerous challenge facing the country,” says Mr Gregg. “Unchecked, it will reduce growth, weaken the dollar and ultimately undermine America’s global leadership role.”

Even on its existing course, many economists believe the US is heading for a debt crisis. The most pressing anxiety is over the declining confidence of foreign investors, whose support for the dollar has helped fund America’s growing trade deficits over the last decade. In the last three months, the yield on the 10-year Treasury bond has almost doubled from just above 2 per cent to almost 4 per cent.


12 juillet 2009

Le plan B Économie En Vidéos États-Unis Récession

Pour ceux qui s’inquiètent de la dette résultant du plan de relance de Barack Obama, soyez rassuré : la Maison-Blanche a un plan B pour éviter la faillite:


US To Trade Gold Reserves For Cash Through Cash4Gold.com


12 juillet 2009

Stimulation.cash Économie États-Unis Récession

Recovery.govLes Américains doutent de plus en plus de l'efficacité du plan de relance de Barack Obama. Pour contrer cette tendance, la Maison-Blanche a décidé de redessiner le portail Recovery.gov, un site qui fait la promotion du plan de relance des démocrates.

Combien va coûter la mise à jour de Recovery.gov ? 18 millions de dollars !

Pour convaincre les Américains que l'argent du plan de relance est bien géré, la Maison-Blanche va dépenser 18 millions de dollars pour mettre à jours un site internet. Faut pas chercher à comprendre…


12 juillet 2009

Déclaration d’indépendance Économie États-Unis Hétu Watch Revue de presse

Politico

-

Independents begin to edge away from President Obama
Politico

In a potentially alarming trend for the White House, independent voters are deserting President Barack Obama nationally and especially in key swing states, recent polls suggest.

Obama’s job approval rating hit a — still healthy — low of 56 percent in the Gallup Poll on Wednesday. And pollsters are debating whether Obama’s expansive and expensive policy proposals or the ground-level realities of a still-faltering economy are driving the falling numbers.

But a source of the shift appears to be independent voters, who seem to be responding to Republican complaints of excessive spending and government control.

“This is a huge sea change that is playing itself out in American politics,” said Democratic pollster Doug Schoen. “Independents who had become effectively operational Democrats in 2006 and 2008 are now up for grabs and are trending Republican. “They’re saying, ‘Costing too much, no results, see the downside, not sure of the upside,’” he said.