Mahmoud AhmadinejadDurant la campagne présidentielle, Barack Obama a signifié à plusieurs reprises son désir de négocier directement avec l'Iran.  Durant son discours inaugural, le nouveau président a réaffirmé que si l'Iran "desserrait son poing", un dialogue pourrait être possible avec les États-Unis.  La semaine dernière, Barack Obama s'est rendu en Égypte pour proposer un nouveau départ aux musulmans.  Dans son discours, il a fait preuve d'ouverture envers le régime iranien en acceptant que ce pays soit doté d'un programme nucléaire civil.

La réponse iranienne ?

Les mollahs ont truqué l'élection présidentielle au vu et au su de la communauté internationale pour maintenir au pouvoir Mahmoud Ahmadinejad, le partisan de la ligne dure, et écarter Mir-Hossein Mousavi, le candidat réformateur.

Notez aussi que la Syrie, le Venezuela, le Hamas et le Hezbollah ont tous approuvé le résultat de cette élection.

Voilà qui devrait faire réfléchir le président Obama…