Antagoniste


29 mai 2009

Raciste Coup de gueule États-Unis Hétu Watch

SotomayorDepuis quelques jours, Richard Hétu est désemparé parce que de méchants droitistes ont osé dire que Sonia Sotomayor, la candidate de Barack Obama pour un poste de juge à la Cour suprême, est raciste.  Avant de grimper dans les rideaux, Hétu aurait dû faire un peu de recherche…

En 2003, les services d'incendie de la ville de New Haven (Connecticut) ont fait passer un examen parmi ses pompiers pour déterminer lesquels devaient obtenir une promotion.  Tous les candidats ayant réussi l'examen étaient caucasiens; aucun hispanique et aucun Afro-Américain n'ont pu obtenir la note de passage.  Les pompiers ayant échoué l'examen ont porté leur cause devant les tribunaux invoquant qu'ils avaient été victimes de discrimination.  La juge Sonia Sotomayor, qui a présidé ce procès, s'est rangée du côté des plaignants et elle a fait annuler toutes les promotions décernées par les services d'incendie de la ville de New Haven.

Ce n'est pas Martin Luther King qui avait dit: "I have a dream that my four little children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin but by the content of their character" ?


29 mai 2009

Double standard Économie Gauchistan Québec

Santé QuébecImaginez si pour sauver quelques dollars, un établissement de santé privé avait bâclé les analyses pathologiques pour des patients ayant reçu un diagnostic de cancer.  Imaginez si en agissant de la sorte, 1 patient sur 3 aurait reçu un traitement inapproprié.

Les gens seraient probablement descendus dans les rues pour dénoncer cet échec du capitalisme.  Les médias auraient probablement exigé une nouvelle réglementation pour nous protéger de l'avarice des businessmen.  Bref, pour tout le monde cette situation aurait été une preuve incontestable de l'échec du privé en santé.

La situation que je viens de décrire est celle qui prévaut actuellement dans le réseau de santé publique québécois.  Par contre, si la population et les médias ont manifesté leur préoccupation, on sait tous que les politiciens ne feront rien pour remédier à la situation.  Encore plus significatif, personne n'osera dire que cette situation représente une preuve incontestable de l'échec du public en santé.

Le résultat de plusieurs décennies de pensées uniques anti-capitalistes…


29 mai 2009

Vous chantiez ? Dansez maintenant ! Canada Économie Gauchistan Récession Revue de presse

National Post

Don’t blame deficit on the economy
National Post

Earlier this year, National Revenue Minister Jean-Pierre Blackburn launched an advertising campaign to promote the Conservatives’ various tax credits, including the $1,350 home renovation tax credit, also known in some circles as the Home Depot bailout.

The message was that Ottawa had created all these great tax deals that stimulate the economy and put cash in pockets. The ad slogan was: « You’ve earned it. Claim it. »

News that Finance Minister Jim Flaherty is projecting a budget deficit this year of « more than » $50-billion suggests Ottawa needs a new advertising campaign and some fresh language to bring the message up to current fiscal conditions. Recommended new slogan: « We’ve borrowed it. Now you pay for it. »

Mr. Flaherty was quick to blame this big expansion in debt and spending on the economic climate. Technically, that’s true. But that obscures the real problem. The real culprit in the ballooning fiscal mess is the chronic inability of governments to control and limit spending. In good times and bad, politicians of all political stripe spend until they create crises that can be resolved only with draconian measures.

Blaming growing deficits on the recession and unforeseen turns in the economy is a political device rather than a solid explanation. Today’s deficits in Ottawa are a direct product of five years of fiscal expansionism and continued spending increases. Spending has been rising at twice the rate of population growth and inflation, an unsustainable trend.