Le Devoir

SODEC – À Cannes, le patron ne se prive de rien
Le Devoir

Le président-directeur général de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) a donné le mauvais exemple en se permettant des frais de déplacement somptuaires pour des chambres avec vue sur la mer à Cannes, a déclaré hier le vérificateur général, Renaud Lachance.

L’an dernier, Jean-Guy Chaput a engagé des dépenses totalisant 48 000 $ pour des hôtels et des billets d’avion lors de ses déplacements, a indiqué le vérificateur général, après avoir déposé son plus récent rapport à l’Assemblée nationale.

Lors d’une conférence de presse, M. Lachance a estimé que ces frais étaient disproportionnés par rapport à la nature des activités. Outre des billets d’avion au prix plus élevé, il a notamment souligné une facture de 1300 $ pour une chambre avec vue sur la Méditerranée, à Cannes, durant le célèbre festival français de cinéma.

L’antenne parisienne de l’agence gouvernementale a réclamé 80 000 $ en «prestations de restauration» sans donner aucune autre précision ou pièce justificative.

Lors de leurs déplacements au Québec, des employés de la SODEC ont facturé, dans plus de 60 % des cas, des frais d’hôtel dépassant le montant prévu par les politiques de gestion. De 2006 à 2008, la SODEC a aussi payé 22 750 $ pour 181 factures de repas qui réunissaient seulement des employés de la société.