La semaine dernière, le gouvernement de Jean Charest a annoncé son intention de poursuivre les fabricants de tabac pour se faire rembourser les coûts des soins de santé des fumeurs.  Toujours la semaine dernière, des municipalités ont annoncé leur intention de changer les lois de zonage pour limiter la vente de malbouffe autour des écoles.

Le gouvernement motive ces gestes en affirmant qu'il en va de la pérennité du réseau de santé publique: pour que l'État soit capable de financer l'universalité des soins, il doit limiter les choix de vie étant nuisibles à la santé.

Voici le genre de chose que les médias ne vous diront pas sur le tabagisme et l'obésité: parce qu'ils vivent moins longtemps, les fumeurs et les obèses coûtent moins cher en soins de santé que les gens avec de saines habitudes de vie.

Soins de santé

C'est à partir de 80 ans que les soins de santé sont les plus dispendieux; comme les fumeurs et les obèses meurent avant d'atteindre cet âge, il en résulte des économies pour le réseau de santé publique.

Le gouvernement cherche-t-il vraiment à économiser en voulant nous dicter nos comportements ou désire-t-il faire de l'ingénierie sociale ?

Les régimes de santé universelle sont probablement les programmes sociaux les plus pernicieux à avoir été adoptés par les gouvernements.  Dans un premier temps, ils servent à justifier le prélèvement massif d'impôts et de taxes.  Dans un deuxième temps, ils donnent au gouvernement un prétexte pour régenter la vie de ses citoyens.

Source:
Public Library of Science Medicine journal
Lifetime Medical Costs of Obesity: Prevention No Cure for Increasing Health Expenditure