MondialisationDans un autre excès de fièvre nationaliste, le Parti Québécois exige que la Caisse de Dépôt intervienne massivement pour empêcher que des intérêts étrangers prennent le contrôle d'entreprises québécoises.

Mais pourquoi les entreprises contrôlées par des étrangers suscitent-elles autant de méfiance ?

Entre 1990 et 2005, l'emploi dans les sièges sociaux localisés au Canada, mais sous contrôle étranger, a crû de 21%.  Durant la même période de temps, l'emploi dans les sièges sociaux canadiens a eu une croissance anémique de 6%.

Mais ce n'est pas tout.  Il a aussi été démontré que dans le secteur manufacturier, les établissements sous contrôle étranger sont plus productifs, innovent davantage, font un usage plus intensif de la technologie, versent des salaires plus élevés et emploient plus de travailleurs qualifiés que les entreprises se déployant exclusivement au Canada.  Encore mieux, la concurrence créée par les multinationales étrangères entraîne une plus grande utilisation de nouvelles technologies dans les établissements canadiens.

En voulant faire de la Caisse de dépôt un instrument politique destiné à investir au Québec, on risque de se retrouver avec les mêmes problèmes que ceux retrouvés dans les Fonds d'Intervention Économique Régionale (FIER) c.-à-d. la Caisse va devenir un immense plat de bonbon dans lequel les amis du pouvoir pourront se servir à volonté aux frais des contribuables.

Dans une société, plus un gouvernement distribue de subventions, plus les gens auront un incitatif à recourir à des jeux de coulisses pour obtenir ces subventions.