Antagoniste


3 mai 2009

Histoire de pied Coup de gueule États-Unis Hétu Watch

Michelle Obama

L'été dernier, durant la campagne électorale, Richard Hétu a attaqué John McCain parce que ce dernier osait porter en période de récession des chaussures italiennes coûtant 520$ la paire.

La semaine dernière, Michelle Obama (la femme de l'autre) est allée faire un photo-op dans une banque alimentaire en portant une paire d'espadrilles se détaillant à540$ ! Mais ça, Hétu n'en parle pas.

Si je suis complètement indifférent à la valeur des chaussures portées par John McCain et Michelle Obama, je suis quelque peu indisposé par cet autre accroc à la rigueur journalistique d'un employé de La Presse.


3 mai 2009

Quand l’État s’en mêle Économie En Vidéos États-Unis Récession

Comment transformer une récession en dépression:

Espérons que Gilles Taillon retiendra la leçon…


3 mai 2009

Ils n’ont rien compris… Économie Gauchistan Québec

BureaucrateLe 1er mai, fête des Travailleurs, 400 hippies se sont réunis à Montréal pour dénoncer le capitalisme.  Les manifestants ont particulièrement virulent lors de leur passage devant la Caisse de Dépôt qu'ils ont accusée d'être "un symbole des largesses et la corruption du système capitaliste".

La Caisse de Dépôt est effectivement un symbole, mais c'est celui des largesses et la corruption d'un système étatiste.  La Caisse de Dépôt est une institution gouvernementale qui existe parce que le gouvernement contraint les Québécois à y déposer une partie de leur épargne.  Les malheurs de la Caisse de Dépôt c'est d'abord et avant une arnaque politico-bureaucratique.  Dans une société, plus l’État est gros et omniprésent, plus il y a de possibilités de corruption.

Dans un système capitaliste, les institutions comme la Caisse de Dépôt n'existeraient pas parce que dans un système capitalisme aucune institution ne pourrait vous obliger à être un déposant.

Dans la réalité, les 400 hippies qui se sont réunis le 1er mai veulent régler les largesses et la corruption de l'étatisme en ayant encore plus d'étatisme.


3 mai 2009

La voiture du futur Économie États-Unis Europe Récession Revue de presse

USA Today

Possible Chrysler savior Fiat has low reliability scores
USA Today

Fiat cars are unreliable and unsatisfying, according to two respected independent surveys of European-market vehicles.

What’s more, parent company Fiat Group appears not to have enough money to pay debt that matures in the next 12 months, Standard & Poor’s said Tuesday as it downgraded Fiat’s ratings.

Those are chilling reports at a time the Italian automaker is viewed as the only savior for Chrysler, via a proposed partnership.

Chrysler on Tuesday had no comment on meetings with Fiat or progress of the proposed deal. Still, such ratings cast doubt on whether a Fiat partnership would boost Chrysler scores. « You’re putting together two companies that historically have had issues with quality, » notes Stephanie Brinley at consultant AutoPacific’s Detroit office.

President Obama’s auto task force on Monday judged « Chrysler is not viable as a stand-alone company, » and Obama said it won’t get more bailout loans (it got $4 billion last year) unless it partners with Fiat — or somebody — by the end of April.

P.-S. Soyez sans crainte, Barack Obama veut aussi devenir le mécanicien en chef des États-Unis.