Barack ObamaLe programme de sauvetage des banques (TARP) voté par le Congrès américain devait coûter 700 milliards de dollars.  Hier, on a appris que la facture refilée aux contribuables sera finalement de 2 900 milliards de dollars, une somme équivalente à l'ensemble des dépenses militaires et sociales du gouvernement américain en 2008.  Notez que les administrateurs du plan de sauvetage sont incapables de dire où cet argent a été dépensé

Si on additionne toutes les sommes dépensées, promises et prêtées par le Congrès et la Réserve Fédérale depuis le début de la crise, la facture s'élève à 12 800 milliards de dollars, une somme équivalente à l'ensemble des biens et services produits aux États-Unis en 2008.