Antagoniste


31 mars 2009

Dissidence Économie En Vidéos États-Unis Hétu Watch Récession

Glenn Beck au sujet de la politique monétaire irresponsable de l'Administration Obama:

Vous l'ignorez peut-être, mais en regardant ce vidéo, je vous ai incité à devenir un terroriste…

C'est du moins l'avis très éclairé de Richard Hétu, pour qui les gens critiquant les politiques économiques socialistes de Barack Obama sont des "Timothy McVeigh" en devenir…

C'est amusant et ironique à la fois…

Durant 8 ans, la gauche a qualifié l'Administration Bush de dangereuse dictature nazie.  Les gauchistes ont même produit un "documentaire" nous disant que le monde aurait été meilleur si l'on avait assassiné le président Bush.

Donc, les 8 années où la gauche a accusé Bush de fascisme c'était raisonnable et dans les limites du bon goût.  Mais si Glenn Beck qualifie les politiques économiques de Barack Obama de socialistes, il devient responsable d'incitation au terrorisme…

J'ai souvenir d'une époque où la gauche disait: "dissent is the highest form of patriotism"…  Mais que voulez-vous, la gauche considère que la liberté d'expression est un principe s'appliquant uniquement aux gens "pensant" comme eux.

N.B.  Notez que le Hétutistan attaque Glenn Beck à grands coups de sophisme ad hominem.  Étant incapables d'attaquer le message, ils attaquent le messager.


31 mars 2009

Éco-condriaque En Chiffres Environnement États-Unis

Selon un sondage réalisé par la fondation Monique-Fitz-Back, une majorité de Québécois âgés entre 10 et 18 ans considèrent que la qualité de l'environnement va se détériorer au cours des 20 prochaines années.

Une prédiction sans doute fondée sur l'impression que l'environnement s'est constamment détérioré depuis plusieurs années.  Mais cette impression, largement véhiculée par les environnementalistes, est totalement fausse.  Voici l'évolution de la qualité de l'air aux États-Unis depuis 1990:

Environnement

Environnement

Environnement

Environnement

Environnement

Le discours hyper-catastrophique des écologistes est en train de nous faire oublier les importantes réductions de pollution atmosphérique enregistrées depuis 1990.  Normal… Pour nous imposer leur agenda socialiste, les écologistes ont besoins de nous faire oublier les immenses progrès accomplis avec un discours hyper-catastrophique…

Source:
Environmental Protection Agency
Air Trends


31 mars 2009

Top 5 Qc Québec Top Actualité

Le Top 5 de l'actualité québécoise (24-30 mars) selon Influence Communication:

Actualité Québec

La crise financière rejoint l’élite

Au terme du premier trimestre de l’année, la crise financière complète un premier cycle de 3 mois de médiatisation soutenue avec un poids de 2,84 % au cours de la dernière semaine.  Elle rejoint ainsi l’élite de l’actualité qui a occupé nos médias de façon soutenue pendant 3 mois et plus.  Ce groupe est notamment composé par la grippe aviaire, le scandale des commandites, le prix de l’essence et la guerre en Afghanistan.  Depuis 2001, seulement deux dossiers ont obtenu une intense couverture pendant plus de six mois au Québec : la grippe aviaire et le scandale des commandites.  Rappelons qu’en moyenne, 85 % des nouvelles disparaissent en 24 heures ou moins.

L’ensemble des nouvelles financières a encore une fois surpassé tous les autres thèmes de l’actualité.

Même en combinant la Caisse de dépôt et le Canadien dans le dossier de la vente de l’équipe montréalaise on n’obtient que le second rang avec 2,81 %.

Sur un pied d’égalité, on trouve les compressions qui ont frappé Radio-Canada à l’échelle canadienne.

Les faits divers et affaires judiciaires ont réussi un exploit cette semaine.  Celui de dépasser le sport et le Canadien de Montréal.  Le secteur des faits divers a occupé 15 % des nouvelles contre 12 % pour le sport.  À cet égard, le procès de Francis Proulx a obtenu un poids médias de 0,88 %.

Les spéculations concernant le CHUM ont généré un volume de 0,69 %.

En terminant, on accuse souvent les médias de tous couvrir les nouvelles de la même façon.  La nomination de Marcel Aubut à titre de président du Comité olympique canadien fait exception à la règle.  La Presse, Le Soleil et le Journal de Québec ont tous accordé une place importante à l’annonce, en la plaçant à la une.  Le Journal de Montréal l’a citée en page 78.

Voici le top 5 des nouvelles les plus médiatisées au Canada anglais:

  • Crise financière: 4,31%
  • Présence canadienne en Afghanistan: 1,22 %
  • Jeux olympiques de 2010: 1,07 %
  • Earth Hour – Heure de la terre: 0,81 %
  • L'Ontario annonce un déficit: 0,55 %

Top 10 – Premier trimestre Québec 2009 (Poids médias sur 7 jours):

  • Assermentation de Barack Obama: 18,97 %
  • Crise chez le Canadien de Montréal (Alex Kovalev et les frères Kostytin): 7,58 %
  • Visite de Barack Obama à Ottawa: 7,55 %
  • Budget fédéral: 6,52 %
  • Caisse de Dépôt: 6,24  %
  • Congédiement de Guy Carbonneau: 5,78%
  • Rumeurs au sujet de Vincent Lecavalier: 4,14 %
  • Crise financière: 3,87 %
  • Crise de Gaza: 3,57 %
  • Match des étoiles: 2,54 %

Source:
Influence Communication
Influence Communication


31 mars 2009

Les remords de l’Économiste… Économie États-Unis Hétu Watch Récession Revue de presse

The Economist

Learning the hard way
The Economist

Barack Obama may at last be getting a grip. But he still needs to show more leadership, at home and abroad.

Hillary Clinton’s most effective quip, in her long struggle with Barack Obama for the Democratic nomination last year, was that the Oval Office is no place for on-the-job training. It went to the heart of the nagging worry about the silver-tongued young senator from Illinois: that he lacked even the slightest executive experience, and that in his brief career he had never really stood up to powerful interests, whether in his home city of Chicago or in the wider world. Might Mrs Clinton have been right about her foe?

His performance has been weaker than those who endorsed his candidacy, including this newspaper, had hoped. Many of his strongest supporters—liberal columnists, prominent donors, Democratic Party stalwarts—have started to question him. As for those not so beholden, polls show that independent voters again prefer Republicans to Democrats, a startling reversal of fortune in just a few weeks. Mr Obama’s once-celestial approval ratings are about where George Bush’s were at this stage in his awful presidency. Despite his resounding electoral victory, his solid majorities in both chambers of Congress and the obvious goodwill of the bulk of the electorate, Mr Obama has seemed curiously feeble.