Antagoniste


27 mars 2009

The devalued Prime Minister of a devalued government Économie En Vidéos Europe Récession

Daniel Hannan est un député conservateur britannique au parlement européen. Le voici éviscérant les politiques économiques de Gordon Brown, le premier ministre britannique.

« You cannot spend your way out of recession or borrow your way out of debt. »

Daniel Hannan aurait pu faire le même discours à tous les chefs d'État de la planète qui sont assez stupides pour croire aux dogmes keynésien.


27 mars 2009

Acheter, c’est voter Canada Coup de gueule Économie Gauchistan Récession

Radio-CanadaRadio-Canada manque d'argent.  Que fait un organisme gouvernemental incapable de boucler son budget ?

Tel un vautour, cet organisme se met à rôder autour de mon portefeuille en espérant faire main basse sur son contenu…  En ce qui me concerne, donner de l'argent à Radio-Canada revient à payer pour subir un endoctrinement gauchiste.  Thanks but no thanks, la droite est tannée de payer des taxes pour que des "zélites" bien-pensantes puissent la ridiculiser.

Mais la gauche n'est pas prête à laisser mourir leur "pravda".  Marc Cassivi nous raconte dans La Presse que chaque citoyen britannique paie 124$ par année pour la BBC et que les Français sont délestés de 77$ par année pour faire vivre France Télévision.  Au Canada, il nous en coûte 34$ annuellement, 34$ de trop, pour entendre Guy A Lepage et ses sbires diaboliser la droite.  Le message de Marc Cassivi: le gouvernement canadien devrait être moins pingre et augmenter le "BS" de Radio-Canada.

J'ai une idée…

Au lieu de demander au gouvernement de rançonner le salaire de tous les Canadiens pour que Radio-Canada puisse poursuivre son programme de ré-éducation politique, pourquoi la société d'État ne demanderait-elle pas directement à son auditoire de faire un don à la station ?

Ainsi, ceux qui n'aiment pas ne seront pas obligés de payer et ceux qui aiment pourront contribuer directement.

Qu'on laisse les gens voter avec leur portefeuille, on verra bien quel est le véritable attachement des Canadiens pour leur diffuseur national.


27 mars 2009

Dites non à la drogue Économie États-Unis Récession

charlotteobserver260309.gif

Banks are now eager to repay TARP
The Charlotte Observer

Many that have taken government money are dismayed by changing rules and public outrage.

For relatively strong banks, doing business with the government may be more trouble than it’s worth.

Banks are publicly declaring their intent to pay back loans from the Troubled Asset Relief Program, or TARP, as quickly as they can. They range from Charlotte-based Bank of America Corp., which is the country’s biggest bank, to tiny Iberiabank Corp. in Lafayette, La.

The banks complain about the rules that the U.S. Treasury keeps imposing on them retroactively, sometimes in ways that seem arbitrary or driven by constituents’ anger.

Some say they never needed the money but were cajoled into taking it by the Treasury, which wanted a show of industry support for its program.

“Congress has shown its hand – and that hand is both manipulative and actively malevolent,” said Nancy Bush, an analyst at NAB Research. Bush recommends that banks repay their TARP loans as quickly as possible, then “never, ever sign an agreement with the U.S. government again.”