La gauche aime bien utiliser l'exemple de George W. Bush pour diaboliser la droite.  Selon les apôtres de l'étatisme, la présidence du républicain fut caractérisée par la réduction de la taille de l'État qui a mené à "l’échec du laissez-faire".  Pourtant, à bien des égards, Bush a été un président gauchiste dans la manière dont il a géré les États-Unis.

Nous savons que Bush a été un régulateur impénitent (ici, ici et ici), voici maintenant comment il a dépensé sans compter.

George Bush

La hausse des dépenses militaires ne surprendra personne, mais peu de gens savent que les dépenses non-militaires ont augmenté plus rapidement que l'inflation sous le règne de Bush (hausse réelle de plus de 25 % de 2000 à 2008).  Voilà qui contredit le dogme gauchiste voulant que le président républicain ait réduit la taille de l'État.

Voici comment se compare Bush, ce supposé champion du néo-libéralisme, à son prédécesseur.

Bill Clinton a réduit les dépenses sociales du gouvernement américain de 15,1% à 14,6% du PIB.

Selon les chiffres les plus récents, George Bush a augmenté les dépenses sociales du gouvernement américain de 14,6% à 16,2% du PIB.

Depuis son arrivée au pouvoir, Bush a été très interventionniste.  Son bilan économique devrait embarrasser la gauche et non pas la droite.

Sources:
IEDM & OCDE
Le Point sur l'explosion des dépenses du gouvernement fédéral américain & OECD Factbook 2008