Quelques chiffres intéressants sur l'évolution du taux d'épargne et de propriétaires aux États-Unis.

Réglementation

Durant 30 ans, le taux d'épargne et la proportion de propriétaires aux États-Unis ont été relativement stables.  Mais au début des années 90, la machine s'emballe: le taux d'épargne chute dramatiquement alors que le nombre de propriétaires explose.

Que s'est-il passé ?

En 1994, Bill Clinton a introduit le "The National Homeownership Strategy".  Ce plan, qui s'ajoutait aux mesures anti-discriminations déjà adoptées (ici, ici et ici), était constitué d'une série de régulations du marché financier et de plusieurs mesures incitatives pour que les banques soient moins sélectives dans l'attribution de prêts hypothécaires.

Il est donc devenu possible pour des gens à faible revenu d'acheter une maison sans avoir une mise de fond substantielle.

C'est aussi à cette époque que Bill Clinton a demandé à Fannie Mae et Freddie Mac, deux organismes parapublics de financement hypothécaire, de faciliter le crédit des gens considérés comme insolvable par les banques.

Conséquence de l'intervention du gouvernement ?

Au lieu d'épargner, les gens ont plutôt participé à la création d'une bulle immobilière.  Bulle qui a fini par éclater.

Ce n'est pas le capitalisme qui a failli, c'est l'interventionnisme de l'État.

Sources:
Federal Reserve Bank of St. Louis / U.S. Census Bureau
Personal Saving Rate / Homeownership Rates by Area