Selon les médias, la crise financière aurait été causée par une déréglementation massive de l’économie américaine. Le problème avec cette analyse: elle est basée sur des idées reçues plutôt que sur des faits. Pour contrer la propagande médiatique, je publierai cette semaine une série de billets sur le mythe de la déréglementation.

Selon une légende urbaine retrouvée dans les médias, George Bush, ce politicien néoconservateur à l'idéologie néolibérale (!), aurait causé la crise financière en déréglementant à outrance l'économie américaine.

Rien de plus faux. Voici comment a évolué l'indice de liberté économique aux États-Unis depuis les années 70:

Fraser Institute

Durant les années qui ont précédé l'arrivée de Bush, l'indice a connu une progression constante.  Lorsque Bush est arrivé au pouvoir, l'indice de liberté économique aux États-Unis avait atteint un sommet à 8,6/10 ce qui était bon pour une 2e place à l'échelle de la planète.  En 2006, cet indice avait reculé à 8,0/10 ce qui était bon pour une 8e place.

Voici comment a évolué la réglementation dans le marché du crédit, un paramètre qui entre dans le calcul de l'indice de liberté économique:

Fraser Institute

Sous Bill Clinton, il y a eu une forte réglementation du crédit (1995). Lorsque Bush est arrivé au pouvoir, l'indice de liberté était de 9,14/10 ce qui était bon pour une 11e place à l'échelle de la planète.  En 2006, cet indice avait légèrement progressé pour atteindre 9,37/10 mais de manière globale les États-Unis ont été relégués à la 23e position.  C'est donc dire que de nombreux pays ont déréglementé leur système financier de manière beaucoup plus agressive que les États-Unis.

Parmi les pays qui devançaient les États-Unis en 2006 dans la déréglementation du crédit:

  • Nouvelle-Zélande: 9,98/10
  • Royaume-Uni: 9,76/10
  • Finlande: 9,62/10
  • Australie: 9,50/10
  • Norvège: 9,42/10
  • Danemark: 9,39/10

Bush n'a pas été un dérégulateur, mais un régulateur.  Dans les jours à venir, je vais montrer comment cette régulation a été un élément important dans le déclenchement de la crise.

Source:
Fraser Institute
Economic Freedom of the World 2008 Annual Report