La Presse

Abolissons la Caisse!
La Presse

Pourquoi ne pas abolir la Caisse? Et confier la gestion des actifs à des institutions privées ou en procédant à une simple gestion passive des actifs.

En effet, pourquoi conserver une énorme structure bureaucratique si au final, on ne fait pas mieux qu’en plaçant les économies des Québécois dans des fonds indiciels qui sont très peu coûteux en terme de frais de gestion? La Caisse employait 763 personnes selon son rapport 2007 (1650 si on inclut les employés reliés à la gestion immobilière). Cette année là, la Caisse a engendré des dépenses de fonctionnement de 608 millions $. Cela représente beaucoup d’argent pour, au final, dupliquer des institutions privées qui obtiennent des rendements supérieurs. De l’argent qui pourrait être réinvesti justement.

D’autre part, abolir la Caisse et confier la gestion du bas de laine des Québécois à des institutions privées avec une gestion passive des actifs aurait un autre grand avantage : une dépolitisation complète de la Caisse. Il nous apparaît qu’une politisation de la gestion des actifs ne peut être que nocive à long terme. Les cycles politiques sont beaucoup trop courts pour pouvoir assurer une saine gestion. Les retraites des Québécois ne doivent pas subir les aléas du politique. En effet, si les marchés financiers peuvent parfois engendrer des pertes, il n’en reste pas moins que sur le long terme, les rendements sont bel et bien présents.