Death of General Wolfe

La reconstitution de la défaite des Français sur les Plaines d'Abraham a fait couler beaucoup d'encre dans les médias depuis une semaine.  Les gens indignés par cette initiative se succèdent à un rythme effarant sur les différentes tribunes médiatiques, nous laissant l'impression que c'est la toute première fois que ce genre d'événement est organisé.

Rien de plus faux.  Le 12 septembre 1999, pour la 240e commémoration, on avait reconstitué sur les Plaines d'Abraham la célèbre bataille ayant Wolfe à Montcalm.  À l'époque, l'événement n'avait pas soulevé la moindre controverse, seulement 2 articles de journaux, plutôt élogieux, avaient été consacrés à la reconstitution de l'affrontement.

La Presse
Plaines d'Abraham, prise deux!
Arts et spectacles, samedi, 4 septembre 1999, p. D18

La célèbre bataille est reconstituée pour son 240e anniversaire.

Des coups de canon vont retentir sur les plaines d'Abraham dimanche prochain (le 12), en commémoration d'une bataille qui s'y est déroulée le 13 septembre 1759. Ça sonne une cloche?

La fameuse bataille des plaines d'Abraham! Les troupes britanniques commandées par Wolfe d'un côté, la milice canadienne et les troupes françaises sous la direction de Montcalm de l'autre. Un affrontement d'une trentaine de minutes, blessure mortelle pour les deux généraux, débandade de l'armée française qui se retranche derrière les fortifications de la ville, renforcement des positions de l'armée anglaise. Issue finale: capitulation de Québec cinq jours plus tard. La ville, la province et l'ensemble des territoires de la Nouvelle-France passent sous la domination de la Couronne britannique.

Le récit des événements laisse pantois. Une telle succession d'erreurs et de décisions malencontreuses – ou du moins incompréhensibles pour un profane – qu'on se croirait dans une parodie à la Leslie Nielsen, rires et happy end en moins!

Si vous êtes curieux de connaître le déroulement complet du scénario et souhaitez comprendre – enfin! – pourquoi et comment on en est arrivé là, rendez-vous à la Maison de la découverte des plaines d'Abraham (à l'entrée principale du parc) dès 8 h 30, pour obtenir la carte des lieux et l'horaire des activités.

Un programme diversifié, conçu pour les adultes et les enfants, dont un super circuit historique de 2 h 30 en autobus. Les visuels en auront plein la vue; les auditifs n'en auront jamais entendu autant. Un cours d'histoire sur le terrain, c'est pas mal plus fascinant que sur un banc d'école! Plusieurs départs au cours de la journée.

Ceux qui désirent simplement se divertir ne seront pas en reste. Une reconstitution de la bataille sera présentée en fin de journée, à l'endroit même où les hostilités se déroulèrent il y a 240 ans. Vous pourrez y assister en simple spectateur ou prendre (intensément) part à l'action en joignant les rangs de ces valeureux soldats. Hommes, femmes et enfants de tous âges, on ne fait aucune discrimination pour l'occasion. Une seule condition pour l'enrôlement: se présenter au camp d'entraînement à 15 h 30, le temps de revêtir l'uniforme et d'apprendre les rudiments du maniement du fusil. Ça aide avant d'affronter l'ennemi!

Commémoration de la bataille des plaines d'Abraham: le 12 septembre, de 10 h à 16 h 30. Gratuit. Info: 418-649-6157 ou:www.ccbn-nb.gc.ca

Le Devoir
Reconstitution de la bataille des Plaines
Les Actualités, lundi, 13 septembre 1999, p. A2

Les descendants de Wolfe et de Montcalm font la paix.

Des ennemis de l'histoire, James Wolfe et le Marquis de Montcalm, deux généraux qui ont combattu lors de la «Bataille de Québec» menant à la Conquête du Canada par la Grande-Bretagne, se sont retrouvés sur les Plaines d'Abraham hier en de biens meilleurs termes.

Le Baron Georges Savarin de Marestan et Andrew Wolfe Burroughs, les deux descendants des fameux commandants militaires morts suite au combat en 1759 sur les Plaines d'Abraham à Québec, ont fait la paix sur ce même lieu. Ils ont célébré dans leurs respectifs costumes bleu et rouge le 240e anniversaire de la Conquête du Canada des mains de la France.

La bataille des Plaines d'Abraham a refaçonné l'histoire du Canada, entraînant indirectement la création des États-Unis. Sous un soleil radieux, des centaines de résidants de la ville de Québec se sont faits «soldats d'un jour» hier et ont visité le parc historique avec les descendants de Wolfe et Montcalm, reconstituant les manoeuvres militaires sur les Champs de batailles. Plus tard en soirée, plusieurs invités européens ont été invités à un dîner à la Citadelle de Québec, résidence des premiers gouverneurs de la Nouvelle-France.

Pour Andrew Wolfe Burroughs, un francophile descendant de James Wolfe (1727-1759) depuis sept générations, la rencontre d'hier représente une extraordinaire et émouvante expérience avec une résonance toute contemporaine.

«C'est uniquement récemment avec une perspective adulte que j'ai réalisé les conséquences de la Conquête du Canada», a souligné Andrew Wolfe Burroughs, journaliste à la prestigieuse télévision de la British Broadcasting Corporation (BBC) à Londres.

«Maintenant, je ressens le fait qu'il est possible de voir dans le monde contemporain des enjeux de l'histoire qui sont toujours vivants», a-t-il dit en entrevue avec Reuters.

Son bon ami, le Baron Savarin de Marestan, un médiateur international mais aussi un fin connaisseur de vins et une champion équestre, prend aussi à coeur son lien personnel avec l'Histoire.

Pourquoi cet événement, qui est passé inaperçu en 1999, vire-t-il au drame national en 2009 ?

Est-ce que les médias cherchent à aider le Parti Québécois et le Bloc Québécois à relancer l'option souverainiste ?