Wall StreetObama juge honteuses les primes versées sur Wall Street au cours de la dernière année.

Mais que dire de l'augmentation de salaire accordée aux politiciens américains il y a quelques semaines ?

Et comme le fait remarquer Vincent Geloso, que dire de l'embauche de lobbyistes du secteur financier par le secrétariat du Trésor des États-Unis ?

Et le comble de la honte: les plans de sauvetage des banques qui prennent l'argent des entreprises responsables pour le donner aux institutions financières négligentes.  Gardons en tête que ces plans de sauvetage sont, fondamentalement, des primes versées aux incompétents (et plus l'incompétence a été grande, plus la prime est grosse).